ToeJam and Earl: Back in the groove: La nostalgie mal placée

On dira ce qu’on voudra, les malheurs des uns font généralement le plaisir des autres. Depuis près de 30 ans, nous pouvons savourer les problèmes de ToeJam et Earl toujours avec un sens de l’humour simpliste accessible à tous les publics. Malgré toutes leurs mésaventures, ils sont de retour pour un quatrième jeu! Toujours avec leur créateur original en tête, Greg Johnson, mais ajouté de Macaulay Culkin (Maman: J’ai raté l’avion) comme producteur,  ToeJam and Earl: Back in the groove arrive avec une toute nouvelle mésaventure pour divertir toutes les générations.

Plot twist... pas vraiment

En se référant à Mario Bros, on peut vivre très longtemps avec le même scénario. Dans le cas de ToeJam et Earl, le principe est toujours le même. Les deux personnages sortent d’une soirée et s’écrasent sur la Terre. Quelques fois, il y a des personnages secondaires. Ils doivent travailler afin de réparer leur vaisseau pour retourner sur Funkotron. Cette fois-ci, les pires rappeurs de l’univers sont accompagnés de leur copine ce qui augmente le nombre de personnage disponible.

 

Au moins les enfants pourront jouer

Comme c’est un jeu qui s’est joué mille fois, c’est un plateformer en 3D. Il faut juste éviter les obstacles, tenter de monter de niveau et retrouver les pièces du vaisseau. L’avantage est que les parents et les enfants pourront jouer ensemble dans un objectif commun (ce qui n’arrive plus souvent). Les graphismes du SEGA ont été actualisés, mais autant l’un que l’autre ne servira qu’à vous divertir temporairement.

Ramener les classiques à de mauvais moments

C’est étrange que je dise cette phrase en même temps que le retour de Passe-Partout. Les nostalgiques verront toujours que l’aspect positif d’un souvenir jusqu’à ce qu’il leur revienne au visage. C’est exactement ce qui s’est produit avec ToeJam and Earl. Le concept était bien il y a 30 ans. Maintenant, c’est du désuet de mauvais goût. C’est un peu difficile de trouver du positif mise à part passer du temps en famille.

L’écoute est importante

Pour de mauvais rappeurs, pour une fois, ils viennent avec de la bonne musique. Jouant dans plusieurs sphères du hip hop, je n’ai pas réussi à m’écoeurer de la musique contrairement à certains plateformers où les partitions sont d’une redondance ennuyante. L’ensemble est Up-beat et motivant. J’avoue, la musique est ce qui me poussait à continuer à jouer un cinq minutes de plus, car franchement, ont fait vite le tour.

Péter la bulle

Malheureusement, si vous souhaitiez jouer seul à ToeJam and Earl: Back in the Groove, la redondance vous tannera. Par contre, si vous souhaitiez un jeu non violent et rigolo pour jouer avec des enfants de 7 ans, c’est probablement le jeu parfait. C’est même moins violent que Mario Bros! Sérieusement, ce n’est rien de plus qu’un petit jeu casual qui meublera quelques soirées de la semaine.

Catégories
CritiquesMicrosoftNintendoPC / MACPlaystation
Natif de St-Valère et bachelier en linguistique depuis 2015, je me suis toujours intéressé au domaine des jeux vidéo. J'adore tous les types de jeux, ma seule condition: avoir du plaisir à jouer. Je me spécialise en RPG, en jeux de sports et en licences oubliées.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet