Le dépisteur: Redwall ne tombera jamais

Le dépisteur est une chronique visant soit à faire découvrir des jeux qui sont passés sous le radar, soit à ramener au goût du jour des classiques qui sont tombés dans l’oubli.

 

Si je vous parle de Brian Jacques, l’auteur britannique, probablement que ça ne vous sonne pas de cloche. Par contre, si je vous parle de l’abbaye de Redwall, de Mathias, Fleur de Maïs, de Basile, de Constance et de Martin le Guerrier, vous vous rappellerez de cette série qui nous a été diffusée sur Télétoon dans les années 1990 et début 2000. La série Redwall a été oubliée avec les années, mais les passionnés de cet univers sont toujours bel et bien actifs. Le studio Soma Games a créé deux jeux très immersifs provenant de cet univers mythique.

 

The lost legends of Redwall: The Scout

Le premier jeu est extrêmement bien fait. Vous devrez incarner une souris qui devra explorer et surveiller les troupes de Cluny, ce rat qui travaillait à envahir l’abbaye dans l’histoire de Mathias. Vous pourrez enfin vivre comme ces personnages légendaires.

Dans ce jeu en 3D, vous devrez compléter des quêtes pour aider Redwall à tenir le coup face aux attaques successives de Cluny. Vous commencerez par choisir entre Liam et Sophia. Après quelques quêtes, vous devrez vous rendre à l’abbaye de Redwall afin de trouver de l’aide pour vaincre les rats de Cluny.

The lost legends of Redwall: Escape the Gloomer

Dans ce second jeu, vous devrez entrer des commandes pour que l’histoire continue. Un text-based game bien fait quoique plutôt difficile. Trouver exactement la bonne commande pour avancer peut rapidement devenir un casse-tête. Malgré tout, vous avancerez dans ce jeu statique qui vous amènera d’image en image.

Ici, vous incarnerez une otarie nommée Gillig. Le personnage commence à l’entrée des catacombes du Château de Kotig. Vous devrez l’aider à accomplir des tâches afin de l’emmener en sécurité à l’autre bout de ces catacombes.

 

Mais pourquoi jouer à ces jeux?

  • Vivre dans Redwall: laisser les joueurs interpréter un personnage de Redwall est l’une des meilleures idées qu’un groupe de concepteurs de jeux vidéo a pu avoir. Au Canada, nous avons eu droit à la télésérie tandis que le Royaume-Uni a eu droit à une littérature bien plus imposante que celle du Seigneur des Anneaux. Alors, pour ceux qui souhaitent revenir dans ce monde fantastique,­ The lost legends of Redwall est un excellent moyen de ratrapper le retard sur les histoires.  
  • Une narration digne de Redwall : Je ne cesse de le répéter : Redwall est un univers mythique. L’épée légendaire de Martin le Guerrier, des méchants cruels, des alliés attachants, des héros imparfaits qui évoluent tout au long de l’histoire, etc. Lorsque j’ai commencé ces deux titres, mon premier réflexe fut de me laisser bercer par la narration fidèle à la télésérie. Le naturel des doubleurs intègre très bien cette idée d’immersion.
  • Redécouvrir Brian Jacques : mon passé littéraire me trahit. Brian Jacques est l’un des auteurs les plus prolifiques. Je n’hésite pas à le comparer à Tolkien, Rowling et compagnie. Malgré l’apparence de livre pour enfant, la série Redwall est tout aussi noire qu’Harry Potter et le Seigneur des Anneaux.
  • L’aspect unique des deux premiers jeux : il est rare qu’un studio déroge d’un genre qui fut gagnant lors d’un premier jeu, principalement s’il se produit dans le même univers. Or, Soma Games n’ont pas hésité à nous proposer deux titres totalement différents. Si The Scout tourne plus autour de l’action et de la recherche, The Gloomer tend plus à nous amener à démystifier la suite de mots qui nous fera poursuivre l’histoire.

À défaut de jouer les personnages principaux de cette série, cette consolation permet de garder espoir qu’un jour, quelqu’un transposera les 22 romans de Brian Jacques en jeux vidéo. Les scénarios sont déjà écrits, il ne reste plus qu’à trouver un concept permettant de profiter et de maximiser cet univers.

 

Un petit cadeau juste pour vous : 

 

Catégories
CritiquesPC / MAC
Natif de St-Valère et bachelier en linguistique depuis 2015, je me suis toujours intéressé au domaine des jeux vidéo. J'adore tous les types de jeux, ma seule condition: avoir du plaisir à jouer. Je me spécialise en RPG, en jeux de sports et en licences oubliées.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet