Outward: Indie québécois, sauce AAA

Les québécois n’ont pas à être gênés: Il y en a du talent au Québec. L’univers des jeux vidéo en est un très bon exemple et cette année, c’est Outward de Nine Dots Studio qui mettra le talent des québécois de l’avant. Ingénieux, difficile, complet et unique, Outward est l’un des jeux à ne pas manquer cette année, surtout pour les amateurs de Open World.

Monster Hunter World peut se rhabiller

C’est peut être gros comme commentaire, mais pour avoir produit des critiques sur les deux titres, nettement Outward m’a gardé plus captivé. Déjà, les combos de Outward, même s’ils sont aussi répétitifs que ceux de Monster Hunter World, sont rapides. Quand vous avez une ouverture dans le combo d’un monstre, vous avez la chance de réellement lui faire mal.

Tout comme MHW, Outward nous propose une très grande variété d’armes, sauf que l’aspect réaliste est bien plus présent. Plus orienté en jeu de survie combiné dans un Open World, vous devrez travailler pour entretenir vos armes et, si vous jouez un archer, cherchez des matériaux pour créer des flèches, sinon vous verrez que le prix monte vite et que l’argent se fait rare. De plus, il n’y a pas de Dual Wield, alors il faut considérer cet aspect avant de s’équiper une dague dans la main gauche (offhand).

L’une des raisons pourquoi Outward possède un avantage important sur Monster Hunter World est sont Co-op Local! Oui oui, au beau milieu de ta partie, tu peux intégrer ton ami qui vient de se créer un personnage.

La mort rôde, mais rate toujours

Officiellement, vous n‘êtes pas immortels. Par contre, l’endroit et le personnage qui vous vainc influence l’endroit où vous vous réveillerez. Par exemple, si vous mourez dans le premier donjon, vous ne perdrez pas votre équipement et vous aurez la chance de continuer là où vous êtes rendus. Si vous vous faites battre par un bandit, vous serez emporté dans une prison, vous serez dépouillez de tous vos objets sans possibilité de les retrouvés et vous devrez travailler pour vous en sortir.

Petit conseil comme ça, dans la prison des bandits, vous avez une possibilité de ne jamais vous en sortir. Il y a plusieurs pioches sur des tables et je les ai vendues pour obtenir l’argent nécessaire pour quitter. Quand je me suis fait prendre la seconde fois, je n’avais plus rien pour m’en sortir. Alors, soit un ami vient vous sauver, soit vous recommencez du début.

Survivre et se créer une lignée

À la base, quand vous créez votre premier personnage, vous verrez 3 espaces pouvant contenir 1 personnage chacune. Dans un jeu où l’importance de la lignée du sang est très importante, vous aurez la chance de pouvoir pousser votre lignée dans plusieurs directions en choisissant la lignée de vos anciens personnages.

 

Partons à l’aventure!

La trame sonore choisie pour Outward est très inspirante. Elle nous donne envie d’aller à l’aventure. Dès qu’un ennemi vous a en chasse, la musique vous le dira. Elle est le seul véritable allié à votre survie. Principalement parce que tous les NPC vont vous envoyer vers une mort certaine.

De plus, les graphismes sont bien faits. Ils peuvent compétitionner avec beaucoup de triples A. La fluidité est excellente et à travers tout ce que j’ai pu expérimenter, je n’ai pas connus de ralentissement ou de diminution d’image.

Presque parfait

Avec un jeu aussi complet et aussi bien fait, c’est malheureux qu’il ne soit plus que parfait. Le premier point négatif que j’y ai vu et vous le constaterez assez rapidement, vous tombez rapidement en surpoids d’inventaire. Votre personnage sera ralenti au point éventuellement d’être incapable de se défendre. Alors, il faut faire attention à ne pas tout looter, car cela finira par vous empêcher d’éviter les coups.

Deuxièmement, les chargements sont nombreux et un peu longs… Par exemple, quand vous dormez, vous aurez une image qui vous apparaîtra après un premier chargement pour vous dire qu’il ne s’est rien passé et un second chargement aussi long que le premier commencera. C’est du temps de jeu précieux qui se perd. Espérons qu’éventuellement, Nine Dots Studio pourra améliorer cet aspect du jeu.

Troisièmement, le doublage est incomplet. Je ne sais pas si c’est dans le but de forcer les joueurs à lire les discussions au lieu de seulement les écouter, mais les doublages des personnages sont partiels. Il me semble qu’il aurait été simple d’au moins doubler entièrement les interactions de quête, mais bon. Nous devons faire avec ce que nous avons.

Quatrièmement, la magie est présente dans le jeu. Quand vous avez découvert cet aspect du jeu, vous deviendrez très puissants. Sauf que, lorsque les ennemis ont des pouvoir magiques et que vous êtes orienté en corps à corps, vous aurez mal. La magie ne peut pas être bloquée, alors il est important de voyager léger pour bien éviter les coups.

Finalement, il y a un petit problème de luminosité. Même si vous avez une torche ou un fanal, les endroits sombres sont très difficiles à explorer. Si votre salon est bien éclairé, vous aurez à augmenter la luminosité dans le jeu, car vous ne verrez rien. Sinon, vous devrez trouver un moyen dans le jeu pour obtenir un meilleur éclairage.

Gardez Outward en tête

Malgré ces quelques petites notes plus tannantes que mauvaises, Outward est un excellent jeu. L’un des meilleurs Open-World que j’ai pu jouer de ma vie. Il est complet et peut prendre tellement de direction que vous êtes plus maîtres de votre destin que dans Monster Hunter World. Pour que le publisher Deep Silver accepte de publier Outward, il fallait que ce jeu ait ce qu’il faut pour devenir un titre marquant.

Catégories
Au QuébecCritiquesPC / MACPlaystation
Natif de St-Valère et bachelier en linguistique depuis 2015, je me suis toujours intéressé au domaine des jeux vidéo. J'adore tous les types de jeux, ma seule condition: avoir du plaisir à jouer. Je me spécialise en RPG, en jeux de sports et en licences oubliées.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet