Quand tout le monde fait plus d’efforts que Nintendo

Nintendo, c’est l’ultime paradoxe : il est chéri de tous les gamers, mais l’amour ne semble pas être réciproque. Nintendo n’écoute pas ses fans qui hurlent pourtant haut et fort ce qu’ils désirent, passant toujours à côté d’une montagne d’argent facile. Les fans s’unissent alors pour faire ce que Nintendon’t. Du moins, jusqu’à ce qu’ils se fassent taper sur tête par la compagnie nippone. Un jeu jamais traduit ou importé en Amérique? Une suite que nous n’aurons jamais? Les fans sont sur le coup.

Les pirates et l’émulation de jeux rétro sur Switch

Télécharger des jeux illégalement, c’est mal. Par contre, les compagnies victimes de piratage devraient comprendre que les pirates cherchent à combler un manque. La meilleure façon d’enrayer le piratage est alors de voir si un service peut être amélioré (ou créé) pour combler ce manque. Steam était plus pratique que d’acheter un jeu PC au magasin, et Netflix est plus sécuritaire que de parcourir des sites louches à la recherche d’un torrent de film (dont la qualité de compression est souvent douteuse).

Ce que les pirates ont toujours voulu, c’est de l’émulation sur leurs machines : de pouvoir jouer à leur classique préféré où bon leur semble. Ça n’a jamais été aussi vrai qu’avec la Switch, une console portable assez puissante pour émuler tout ce qui est venu avant, et un grand écran plus grand que jamais qui est aussi bien que de jouer sur une télé.

Nintendo essaye, d’une façon maladroite, de combler ce vide depuis l’ère de la Wii avec le Virtual Console. Le problème avec ce service, c’est que les jeux sortaient au compte-goutte. Si vous rêviez de jouer à Chrono Trigger sur votre Wii à l’annonce du service, il vous faudra attendre 5 ans avant de pouvoir mettre la main dessus, soit un an avant la sortie de la Wii U.

Alors évidemment, les pirates étaient déjà sur le coup. Ils ont bâti un «homebrew channel» qui vous permet d’installer des émulateurs, qui fonctionnent déjà à merveille. Mon point n’est pas de vous encourager au piratage, mais plutôt de pointer le fait que Nintendo a mis plus de temps à réagir que les pirates, pour une énième fois. Ils auraient dû comprendre le message et étendre l’offre du Nintendo Online, mais nous savons très bien que ce ne sera pas le cas.

Mother 3, traduit par les fans

Il me semble que le message est clair, non? Ça fait maintenant 13 ans que les fans réclament une traduction et importation de Mother 3 en Amérique. Nintendo les a ignorés pendant tout ce temps, même si l’apparition de Lucas dans Super Smash aurait pu servir d’outil marketing pour attirer les regards. «La traduction, c’est difficile», nous dit Nintendo. Pendant ce temps, une douzaine d’âmes charitables s’est mise à l’ouvrage. Deux ans et 1000 pages de script plus tard, la traduction des fans était disponible sur internet, gratuitement. Est-ce que Nintendo les a approchés ou payés pour finalement sortir ce jeu en Amérique? Bien sûr que non! Mother 3 est apparu sur le eShop de la Wii U au japon en 2015, et pas de nouvelle depuis.

C’est loin d’être le seul projet de traduction bénévole que l’on peut trouver sur le net. Captain Rainbow, GameCenter CX: Arino no Chōsenjō 2 (Retro Game Challenge), plusieurs Fire Emblem, Chibi Robo 2 sur DS, et plusieurs autres. À l’époque, on pouvait comprendre qu’il pouvait être risqué de produire physiquement des cassettes qui ne se vendront peut-être pas en Amérique, mais à l’époque des ventes digitales, le risque financier de la distribution d’un jeu traduit est minimal.

Un F-Zero, de grâce

Tout le monde le crie haut et fort depuis maintenant 16 ans (oui oui, 16 ans!) : on veut un nouveau F-Zero! Même un port HD de F-Zero GX sur la Switch serait assez pour satisfaire les fans. Mais puisque Nintendo s’en fout complètement, les studios indies s’en chargent, avec d’innombrables hommages à cette franchise de jeu de course futuriste. Les Fast RMX, Redout, Radial-G et Antigraviator font tous le travail, mais côté fidélité, nul n’arrive à la cheville de Super Pilot, présentement en early access sur Steam. La physique, les contrôles et les visuels sont incroyablement près de F-Zero X, en plus d’inclure un éditeur de niveaux, et des courses jusqu’à 48 joueurs simultanément. Le système de boost/énergie a été revu pour être plus dynamique et permissif : comme dans F-Zero, l’utilisation du boost utilise de l’énergie, mais comme dans Excitebike, cette énergie se recharge. On doit alors tenter de ne pas surchauffer, en évitant les collisions pour pouvoir utiliser cette énergie en boost. Super Pilot est très réussi, et seulement 15 $.

Le metroidvania indie, pour l’ensemble de son œuvre

Grâce au jeu indépendant, le metroidvania a non seulement repris du poil de la bête, mais aussi énormément évolué au cours des 10 dernières années. Les Axiom Verge, Hollow Knight, The Messenger, Iconoclast, Guacamelee de ce monde amènent chacun une nouvelle saveur à ce genre plus riche que jamais. Et qu’est-ce que Nintendo a fait pendant ce temps? Un remake de Metroid 2. C’est tout. Pourquoi ne pas avoir engagé les meilleurs studios pour produire le meilleur jeu qui soit, pour que le mot «metroid» mérite encore sa place dans l’appellation?

Mario Kart, avec plus de mécaniques

Autant que j’aime Mario Kart 8 Deluxe, autant je suis déçu que l’on n’ait pas eu droit à un nouveau titre pour la Switch. Ça reste le port d’un jeu qu’on joue depuis 5 ans, et je doute qu’il y en ait un en préparation. Pire, ça reste la même formule depuis toujours (à part Double Dash, qui tentait au moins d’apporter quelque chose de nouveau au gameplay). C’est ici qu’entre en scène Team Sonic Racing, qui, contre toute attente, est bien meilleur qu’on aurait pu le croire. Son arme secrète : une mécanique de coopération qui vient tout changer, qui encourage des équipes de trois à s’entraider avec différents bonus. Il contient aussi un mode carrière avec une multitude de défis : beaucoup plus intéressant que de simplement recommencer les grand prix jusqu’à ce qu’on obtienne une médaille d’or.

Catégories
Opinion
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet