Trois jeux indies essayés à l’E3!

Pas besoin de vous être déplacé en Californie pour avoir entendu parler des gros noms qui étaient présents à l’E3; à moins que vous n’ayez passé la dernière semaine bien endormi sous un immense rocher, les noms «Final Fantasy VII Remake», «Cyberpunk 2077» ou «Pokémon» devraient vous être familiers. 

Ce dont vous n’avez sûrement pas entendu parler, toutefois, c’est de la horde de jeux indies de tout acabit qui étaient présentés à l’E3. 

Heureusement pour vous, l’équipe de Multijoueur s’est déplacée sur le terrain, et nous sommes revenus avec une foule de titres de jeux à surveiller dans la prochaine année. 

 

1) Keen

Non, je vous arrête tout de suite, je ne vous parle pas du retour de Commander Keen, ce personnage datant des origines de ID Software, annoncé par Bethesda lors de leur conférence. 

Le Keen dont je vous parle ici est plutôt l’oeuvre de Cat Nigiri, un petit studio originaire du Brésil. 

Le gameplay est à la fois simple et complexe, ce qui est toujours le signe d’un bon jeu. Vous avez déjà sûrement joué à un RPG où vous avez trouvé un donjon dans un monde de glace, avec un puzzle qui vous demandait de vous diriger sur une patinoire glissante sur laquelle vous ne pouvez pas arrêter vos mouvements? 

C’est le principe de Keen. Kim, le personnage que vous incarnez, est une jeune ninja rebelle qui se déplace en patins à roulettes, ce qui fait qu’elle ne peut pas arrêter ses mouvements (pourquoi elle ne fait pas juste enlever ses patins, mystère). 

Vous devez également abattre des hordes d’ennemis, que vous devez affronter en leur fonçant dedans, tout simplement. 

En fait, je dis tout simplement, mais suite à la démonstration à laquelle j’ai eu droit, je peux vous confirmer que le jeu se corse considérablement, et assez rapidement. Éventuellement, même la carte du monde sur laquelle vous vous déplacez de niveau en niveau devient un énorme casse-tête. 

Un jeu qui vous demandera donc de réfléchir et de faire preuve de stratégie. 

Gros bonus : le jeu devrait être disponible sur toutes les plateformes, du PC au mobile en passant par les consoles.

 

2) Dicey Dungeons

Dicey Dungeons est probablement l’exact opposé de Keen; le titre paraît un peu complexe quand on se le fait expliquer, mais une fois que vous tenez la manette, c’est simple comme bonjour. 

Dicey Dungeons mélange le jeu de deckbuilding (Slay the Spire, Dominion) au jeu de dés et au RPG tour par tour. 

Vous débutez avec deux cartes, et quelques dés. Sur la première carte, vous pouvez placer un dé, et vous ferez alors une quantité de dégâts équivalente au dé choisi (par exemple, si vous placez un dé tombé sur la face ‘’3’’, vous ferez 3 points de dégât à votre adversaire). 

La seconde carte vous permet de choisir un dé que vous pourrez brasser de nouveau. 

À chaque combat remporté, vous gagnez une carte que vous pouvez ajouter à votre paquet qui vous permettra d’utiliser vos dés autrement; une carte s’activera si vous avez un nombre pair, et infligera un sort de glace à l’adversaire, ce qui réduira de deux points le résultat de tous ses lancers, par exemple). 

Assez rapidement, le jeu devient donc très stratégique, et surtout, très addictif. Je ne sais pas si c’est à cause de la rapidité des combats, ou si c’est grâce à l’excellente musique de Dicey Dungeons, mais quand ma démo s’est terminée, je n’avais qu’une seule idée en tête : recommencer et lancer les dés de nouveau. 

Pour le moment, le titre est prévu sur Steam, mais on peut s’attendre à le voir débarquer également sur consoles dans les prochains mois.

 

3) Speaking Simulator

Il y a des jeux qui sont faits pour qu’on s’y plonge de longues heures, ne voyant pas la nuit nous échapper, tellement absorbés que nous sommes par l’histoire sombre et tragique qui se déroule sous nos yeux. 

Speaking Simulator n’est pas de cette trempe. 

Le titre développé par les Australiens d’Affable Games est tout sauf sérieux. En fait, c’est en plein le genre de jeu fait pour Twitch et Youtube. 

Dans ce jeu complètement décalé, vous incarnez un androïde qui décide de s’infiltrer dans la société humaine dans le but de dominer le monde parce qu’il n’a rien d’autre à faire. 

Un seul problème: notre personnage est très mauvais pour se faire passer pour un humain. Il a de la difficulté à parler, autant dans son choix de vocabulaire (il se commande un verre en demandant «HOW MANY UNITS OF CURRENCY ARE REQUIRED TO PURCHASE ONE ETHANOL BEVERAGE?», par exemple) que dans son élocution. 

Bon, pour le vocabulaire, vous ne pourrez pas l’aider, mais pour l’élocution, oui. Avec la souris, vous devez contrôler le mouvement de ses lèvres tout en dirigeant sa langue avec les touches du clavier. 

La défaite est au moins aussi amusante que la victoire dans ce jeu absurde. Mon plus grand fou rire du dernier mois a été quand j’ai appuyé tellement fort sur le palais de mon personnage qu’il s’est mis à cracher ses dents en parlant, sans que sa date ne s’en rende particulièrement compte. 

Un délire qui débarque sur PC dans les prochaines semaines. 

 

Catégories
E3
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet