Gears 5 : La roue continue de tourner

Gears of War est de retour sur Xbox et PC avec un nouvel opus de la part de The Coalition, cette fois-ci, avec une histoire concentrée sur le personnage de Kait et plusieurs nouveaux modes et nouvelles mécaniques de jeu.

Du suspens dans l’audiovisuel

A première vue, le son, les musiques et les visuels semblent similaires à ceux de Gears of War 4 et l’on ne pourrait vous blâmer pour penser qu’il s’agit des mêmes. L’engin reste Unreal Engine 4, mais quelques effets de plus ont été ajoutés. Sur Xbox One X, avec un écran 4K, voir sur un PC de l’année avec le même écran, le jeu devient un vrai chef-d’oeuvre visuel. La glace qui craque, les effets d’ombrages et de lumières, la réfraction de la lumière à travers l’eau peu profonde d’une plage, les textures de peau - Tout est bien réalisé. La musique et les sons restent du même niveau que les antécédents de Gears 5. Ils sont captivants, profonds ainsi que satisfaisants à écouter. Le suspens peut être clairement entendu dans les sons et la musique du jeu ; l’immersion est sublime et fonctionne pour ces raisons.

Ça bouge en campagne

La campagne débute de façon peu intéressante. L’objectif principal du premier acte est de réactiver le Hammer of Dawn, ou Marteau de l’Aube, super-arme de la Coalition des Gouvernements, qui fut désactivée à la fin de Gears of War 3, dans le but de s’en prendre aux infestations de plus en plus répandues de l’Essaim, l’ennemi principal du jeu, ainsi que l’évolution des Locustes de la première trilogie Gears. Malgré le fait que l’on commence avec J.D. Fenix, la campagne focalise par la suite sur Kait et son histoire familiale peu après et ne revient plus en arrière. On y explore son passé, sa famille et son potentiel futur. 

 

La campagne touche plusieurs points intéressants et répond à plusieurs questions de la franchise. Aux actes II et III, on peut explorer un vaste territoire et compléter des quêtes secondaires à l’aide d’un skiff, ce qui nous permet d’en découvrir plus sur l’univers de Gears of War, mais aussi de trouver des améliorations spéciales et fortement utiles pour notre drone accompagnateur. Ces moments sont immersifs et intéressants, quoique certains pourraient s’ennuyer. La première zone d’exploration manque, à mon avis, d’ennemis pour mieux épicer le gameplay.

 

La fin arrive de façon un peu abrupte et il existe en fait deux fins différentes. Pourtant, si la franchise veut suivre, il semble difficile de croire qu’une de ces fins ne sera pas favorisée par les développeurs et ce n’est pas le genre de fin alternative dans le style d’un what-if, mais bel et bien deux fins valides et distinctes, qui mèneront à une suite sans faute. La finale de Gears 5 semble calquer celle de Halo 2, laissant comprendre très clairement qu’il y aura une suite. 

La Grande Évasion

Un nouveau mode de jeu a été ajouté à Gears 5 ; Le mode Évasion. Dans ce mode, l’on traverse en groupe de 3 joueurs, une installation infestée par l’essaim, essayant de s’échapper de la ruche ennemie. Un gaz toxique conçu pour éliminer l’infestation s’y répand et il ne faut pas se faire rattraper par le gaz en question, ni mourir aux mains de l’essaim. En y jouant, on peut constater qu’il est très difficile, voir impossible, de mourir en raison du gaz, ce qui semble ruiner l’élément d’urgence après quelques parties et rend le mode répétitif, Tout de même, l’idée de traverser une carte le plus rapidement possible en tuant les ennemis, reste plaisant, malgré tout.

Pour la Horde

Dans le cas du mode Horde, plusieurs changements s’y glissent comparativement à Gears of War 4. Il n’y a plus de cartes de jeu à collectionner. La ressource principale reste l’énergie et celle-ci permet d’acheter des meilleurs armes et fortifications, à l’instar de tourelles que l’on peut placer sur le terrain de jeu. Il est désormais possible d’acheter un casier d’armes, pour recharger ses munitions, puis, une forge. Cette dernière permet de transformer les armes que l’on y dépose en énergie. Cet énergie peut être collectionnée à travers les ennemis morts, la Forge, ou encore des zones capturables qui apparaissent chaque 10 tours. Les options ne manquent donc pas. C’est pareil pour les ennemis affrontés ; il y a plus de variété et cela rend un match plus rafraîchissant.

Le Soulèvement des machines

Si un joueur quitte, des intelligences artificielles prendront la place des joueurs morts, ce qui est une excellente innovation en soi, une qui a été grandement attendue. Les joueurs ne seront plus punis parce que l’un d’entre eux doit partir pour un rendez-vous après 1 heure de jeu et seulement 25 vagues sur 50 de terminées. Si l’on recherche la punition pour des raisons masochistes, par contre, différents mutateurs permettent de rendre les parties plus contraignantes et donc, plus difficiles.

 

Encore plus de robots

Jack, le drone venant de la campagne, est personnage de support qui est jouable. Sa classe est unique et permet de jouer plus calmement. Il peut guérir les joueurs, réparer les tourelles et prendre temporairement contrôle des ennemis, qui est son habileté ultime. Tous les personnages ont une habileté ultime et une habileté passive différente. Or, celles-ci sont très utiles en mode Horde, car elles permettent de mieux se protéger et de plus s’étendre au combat et prendre des risques en sortant de sa zone de couverture pour attaquer plus souvent. Le rythme d’un match Horde est excellent. Il s’agit possiblement de la meilleure variante du mode Horde ainsi que la plus plaisante, quoique cette itération est plus difficile que celles des jeux antérieurs.

Versus et Arcade

Le mode Versus classique est de retour. La jouabilité est excellente et reste ce que l’on connaît d’un jeu de la franchise Gears. Il n’est pas nécessaire d’en dire plus quant au mode Versus.

 

Quant au mode Arcade, celui-ci est conçu pour être moins punitif et plus décontracté versus le mode classique, qui est principalement compétitif. Ainsi, dépendamment du personnage choisi, il est possible d’avoir un arsenal de base qui est unique. Il est possible de l’améliorer plus on élimine d’ennemis dans une partie, car chaque joueur éliminé laisse tomber un crâne qui est récupérable par les joueurs adverses. Ce crâne sert de ressource pour améliorer son arsenal d’armes. Or, si l’on perd trop souvent, pour rendre la partie plus juste, on va tout de même recevoir des crânes. Le rôle de ce mode de jeu est de permettre aux joueurs moins compétitifs de s’habituer et d’avoir du plaisir à Gears 5...Puis d’éviter de mourir à coups de Gnasher après chaque respawn. Le mode Arcade est définitivement une bonne addition à la franchise - il s’agit d’un mode très amusant.

Pas assez de cartes, on se perd

Avec 11 cartes disponibles, la répétition et le manque de variété au niveau des cartes multijoueurs est plutôt décevant. Une carte a clairement été conçue pour le mode Horde, une pour le mode Évasion, puis deux viennent directement de la campagne. Celles-ci ne sont pas si bien adaptées aux modes Versus ni Arcade. Il en est de même pour le créateur de cartes du jeu: un manque de variété s’impose et l’on ne peut créer que des cartes ou terrains pour jouer en mode Évasion. On nous promet une éventuelle mise-à-jour qui ajoutera la possibilité de construire des cartes Arcade et Versus. On retrouve ici une situation similaire à celle de Halo 4 ou Halo 5, avec un multijoueur incomplet à sa sortie et peu de champs de batailles, ce qui est embêtant.

Trop cher pour peu de chair

De plus, la présence du magasin de cosmétiques est quelque peu surprenant, car il demande des quantités sincèrement élevées pour ce qui n’est que de la personnalisation. Pour lever le pouce en approbation aux autres joueurs, il faut payer environ une dizaine de dollars. Cela ne semble pas logique ni intéressant, ce qui défait l’idée d’un magasin. C’est peu de chair pour le prix que ça coûte. D'ailleurs, l’idée de devoir acheter une panoplie de produits externes au jeu pour débloquer toutes les armes et tous les personnages s'apparente à de la folie et devient contre-intuitif pour un jeu qui vante la personnalisation du joueur.

Coups de coeurs

Plusieurs coups de coeurs sont présents dans Gears 5. L’Acte II, sans gâcher la surprise, renvoie à un élément passé de la série et une partie se déroule dans un endroit particulier avec une ambiance réussie et hyper-immersive. Plus tard dans le même acte, un moment révélateur arrive et il est bien amené, tout en présentant une rupture au niveau du gameplay. Ledit moment est une expérience unique dans un jeu de la série et l’exécution est superbe, sans plus en dévoiler. Il s’agit d’un grand coup de coeur.

 

Le drone surnommé Jack, sous son itération dans la campagne, est très utile et plaisant à utiliser comme mécanique de jeu. Sa capacité à récupérer des armes et les ramener au joueur, ainsi que ses habiletés différentes et interchangeables, deviennent un must dans le jeu. Il me serait difficile de voir un suite à Gears 5 sans cette mécanique de jeu. Il est possible de collectionner des batteries qui sont cachées à travers le jeu pour améliorer Jack ainsi que lui donner des nouvelles capacités et l’exécution de cette mécanique est excellente. Bref, il serait difficile de s’en lasser.

 

Les nouvelles armes sont intéressantes, mais le nouveau Lanceur, doté d’un lance-grenade à tête chercheuse avec des sous-munitions explosives (seul Gears pourrait nous sortir une arme aussi loufoque), deviendra facilement une des armes les plus mémorables de la franchise, suite au Lanceur doté d’une tronçonneuse. Cette arme est déjà une préférée.

Immersif et divertissant, malgré quelques hics

Pour conclure, Gears 5 est un jeu immersif, compétitif, inclusif et plaisant auquel bien voudront y passer des heures et des jours. Quoi qu'il lui manque quelques éléments, le jeu en vaut la peine. Pour ceux qui ne sont pas à l’aise de payer un prix exorbitant en raison de ces quelques lacunes, il est fortement suggéré d’attendre que le prix baisse, voir de l’installer en vous payant la Xbox Games Pass Ultimate. Si vous êtes un grand fan des jeux de tir à la troisième personne, de la franchise Gears ou que vous désirez absolument jouer à la campagne tout de suite, votre argent ne sera pas perdue, car le jeu est encore flambant neuf et promet du contenu déjà prochainement.

Catégories
CritiquesMicrosoft
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet