Link’s Awakening, comme si on n’y avait jamais joué

En 1993, Link’s Awakening, sortait sur la Game Boy de Nintendo. Il s'agit du premier jeu de la série qui ne se situe pas à Hyrule, où Zelda ne fait pas d’apparition et où la Triforce est absente. En 1998, pour promouvoir la sortie de la Game Boy Color, Nintendo décida de sortir Link’s Awakening DX, remake du jeu de 1993. À l’instar du premier, il inclut des graphisme en couleurs, un nouveau donjon, de nouveaux ennemis, ainsi que des puzzles basés sur la couleur. En 2019, Nintendo annonce lors d’un Nintendo Direct qu'il aura droit à un second remake, mais cette fois-ci pour la Nintendo Switch et pour aider à promouvoir la Switch Lite. J'ai eu l'opportunité de l'essayer pendant quelques heures, et je dois vous dire que j'ai eu beaucoup de plaisir.

 

La redécouverte d'un jeu culte

La première fois que j’ai joué à Link’s Awakening sur la Nintendo Switch, une animation d’introduction ma émerveillé et m'a rendu immédiatement nostalgique. Comme dans l'original, on nous introduit à l’intrigue, mais avec plus de finesse. Lorsqu’on débute une partie, on sent qu’il y a quelque chose de différent par rapport aux premières versions. Tout en gardant la perspective « top-down », Nintendo a misé sur un style artistique en plasticine et qualifié de « rétro-moderne », tout en prenant des motifs de personnages ressemblant à des jouets en bois. Il n’y a pas à dire, c’est beau à voir.

Ayant joué quelques fois à la version sur la Game Boy Color (Link’s Awakening DX), je connaissais déjà assez bien le jeu. Je ne me rappelle que l’histoire, contrairement à la majorité des autres jeux Zelda, ne se situe pas à Hyrule. En effet, Link se retrouve sur l’île Cocolint, un lieu qui n’existe sur aucune carte. Le personnage de Marine le récupère et le transporte jusqu’à sa maison, au village des mouettes. Après avoir fait le tour du village et récupéré son épée sur la plage, il rencontre un hibou qui lui explique qu’il doit réveiller le poisson-rêve qui se trouve dans un œuf géant en haut d’une montagne, pour enfin quitter l’île.

 

Quoi de neuf, Link?

On remarque rapidement deux changements bien distincts de la version originale dès le départ. La première est l’utilisation du jargon et du vocabulaire québécois rendu possible grâce à la localisation (ce jeu n’était pas traduit en français en Amérique du Nord dans le temps). En allant à la commode présente dans la maison, Tarkin dit à Link : « Franch’ment, qui t’a appris des manières pareilles ». Ça m’a surpris au premier coup, mais on s'habitue à voir ce type de langage depuis plus d’une dizaine d’année dans les jeux Nintendo. La deuxième, ce sont ce que je qualifierais de blagues évidentes. En discutant toujours avec Tarkin, il dit que ce n’est pas étrange qu’il connaisse évidemment nom de Link, puisque qu’il est écrit derrière son bouclier. Je l’avoue, je l’ai ri celle-là.

Contrairement à Breath of the Wild, l'autre Zelda sur la Switch, Link’s Awakening nous fait suivre un parcours narratif linéaire qui nous oblige à aller du point A au point B en faisant les donjons un à la fois. Le hibou guide aisément aux endroits où Link aller. Si nous sommes perdus, nous pouvons prendre un téléphone qui se trouve à certains endroits sur l'île pour avoir des astuces. Par ailleurs, comme dans les autres jeux Zelda, Link obtient plusieurs items qui vont lui aider à avancer dans sa quête. Que ce soit un arc et des flèches, une pelle, un boomerang ou des bombes, ce sont des éléments qui m'ont manqué.

 

Nostalgie, souvenirs et surprises

Après avoir joué jusqu’au premier boss, j'ai remarqué quelques éléments récurrents par rapport à la version sur la Game Boy. Entre autres, le mini-jeu de la pêche rappelle de beaux souvenirs à ceux qui aimaient se reposer de l'aventure. Ou encore, les nostalgiques vont se rappeler du jeu dans le vent, où Link doit attraper des objets avec l'aide de la pince. C'est l'occasion parfaite de perfectionner ses réflexes. Par ailleurs, qui se souvient la méthode pour voler des objets dans le magasin? En l’essayant, je me suis rendu compte que c’est plus difficile dans le remake que dans la version originale. Toutefois, c’est comique de se faire nommer « VOYOU » pour le reste du jeu. Bref, chacun a son opinion sur les éléments du jeu qui le rend nostalgique, mais ce sont des éléments de gameplay fort intéressants pour les nouveaux et les anciens joueurs.

 

Cependant, il y a certains éléments que j’avais personnellement oublié lorsque j'ai essayé la version sur la Switch. Je ne me rappelais pas qu’il fallait utiliser son bouclier pour tasser les boules avec des pics (les oursins) sur la plage pour aller récupérer son épée. Je croyais qu’il y avait un parcours à suivre sans avoir à affronter ces oursins. Autre élément dont je ne me souvenais pas, c’est en rapport avec les coquillages à collectionner. J’imagine qu’il y ait une utilité pour les coquillages, que je vais probablement découvrir plus tard. Pour le moment, entre la plage et le premier donjon, ce sont les seuls éléments qui avaient disparu de ma mémoire. N’empêche que même s’il s’agit d’un remake, les joueurs sentent qu'ils sont devant un tout nouveau jeu.

Par ailleurs, la version Switch contient un mode de jeu unique, intitulé donjon-mosaïque, qui remplace le mode photographie présent dans Link’s Awakening DX. Dans ce mode, le joueur a la possibilité de prendre une pièce de donjon (un carreau) et de le placer où il le veut, dans le but de créer son propre donjon. Il est également possible de partager ses donjons avec les autres joueurs de partout à travers le monde. Pour tout vous dire, j’ai bien hâte d’essayer ce mode de jeu, qui ressemble passablement à ce qu’on pouvait faire dans Super Mario Maker!

 

Beaucoup (trop) de raisons pour se rendre au sommet

Après seulement quelques heures à avoir essayer Link's Awakening, je suis impatient de pouvoir y rejouer. Même si c’est un remake avec des meilleurs graphismes, ça reste passablement le même jeu. Toutefois, pour les joueurs plus âgés, c’est une expérience à revivre. Pour les plus jeunes, ils auront l’opportunité d'essayer Link's Awakening comme si c’était un nouveau jeu de la série Zelda. Le gameplay est génial, les donjons semblent divertissants, l’histoire est intéressante et on peut facilement y devenir accro. Maintenant, je me demande quel remake Nintendo va-t-il faire prochainement après Link's Awakening? Est-ce que ce sera un remake de Oracle of Ages/Oracle of Seasons, un remake de A Link to the Past, ou encore un remake des tout premiers jeux de la série, The Legend of Zelda, et de Zelda II: The Adventure of Link?!

 

Catégories
CritiquesJeuxNintendo
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet