Freedom Finger : la meilleure bande-son depuis Tony Hawk

Quand j'ai reçu ma copie de Freedom Finger, ce nouveau Shoot 'em up sur la Switch signé Wide Right Games, je m'attendais à ce que ma critique porte sur la prémisse volontairement grossière du titre.

En effet, vous incarnez un vaisseau qui fusille les ennemis en leur pointant son majeur, et dès les premières lignes, on vous explique que vous avez le choix de « doigter » ou de « fister » les ennemis.

Pourtant, après avoir passé quelques heures avec le titre, ce n'est ni l'humour vulgaire de Freedom Finger, ni le gameplay difficile que je retiens.

C'est la trame sonore incroyable.

Indie, Punk et piou-piou

C'est que malgré l'apparence de jeu à petit budget de Freedom Finger, l'équipe de Wide Right Games s'est payé des artistes de renom (même au niveau des acteurs, avec Nolan North et John DiMaggio qui prêtent leur voix au projet).

Parmi les artistes ayant participé au projet, on retrouve des noms tels que METZ, Ty Segall, Aesop Rock et Danimal Cannon.

Bon, ce ne sont peut-être pas des noms archi-connus, mais ce qu'il faut savoir, c'est que ce sont tous des artistes de grand talent.

On se retrouve donc avec une bande sonore aux inspirations indie-rock, punk, stoner rock et parfois électro qui nous donne l'impression de se promener entre un concert dans un garage et un sous-sol boucaneux d'ado.

Tout de suite, la comparaison avec la trame sonore du premier jeu de Tony Hawk Pro Skater m'est venue à l'esprit.

À cette époque non plus je ne connaissais pas la plupart des artistes en vedette dans ce titre.

Mais je savais qu'il y avait dans ce choix de pistes une énergie rebelle, quelque chose de sale et d'insolent.

Freedom Finger et sa trame sonore ont réussi à me captiver de la même façon.

Il faut aussi savoir que les développeurs de Freedom Finger ont eu l'intelligence de tirer le plein parti de leur excellente trame sonore.

Freedom Finger est un jeu qu'il vous faut absolument jouer avec une paire d'écouteurs, parce que le titre est à parts égales shoot 'em up et jeu de rythme. Les vaisseaux ennemis et leurs projectiles suivent le rythme de la musique, et chaque niveau devient rapidement une danse mortelle entre vous et vos ennemis.

 

Une jouabilité à la hauteur

Bon, c'est ben beau la trame sonore, mais qu'est-ce que ça vaut si le jeu qu'elle accompagne est pourri?

Heureusement, ce n'est pas le cas.

Freedom Finger pourrait se contenter d'être un shoot 'em up compétent et on serait déjà satisfait.

Mais les développeurs ont décidé d'innover un peu, et d'introduire des mécaniques intelligentes et innovantes.

D'abord, il faut savoir que votre vaisseau est une main flottante, et on exploite vraiment ce concept.

Non seulement pouvez-vous fusiller les ennemis avec votre majeur, mais vous pouvez également former un poing avec votre vaisseau, et cogner les vaisseaux ennemis en plein visage... ou en tout cas, en plein pare-brise.

Mais l'innovation la plus intéressante est au niveau de la mécanique de poigne. D'une pression de la gâchette gauche, vous pouvez agripper presque tous les ennemis, et utiliser leurs pouvoirs.

Exit, donc, les traditionnels power-ups qui flottent dans les airs et qui améliorent les canons de votre vaisseau.

Ici, les power-ups sont les ennemis. Vous enviez les projectiles de votre adversaire? Agrippez son vaisseau et retournez sa force de frappe contre l'ennemi! Et quand vous êtes tanné, lancez simplement le vaisseau ennemi sur ses camarades.

Attention, toutefois : si vous êtes touché, vous perdez le vaisseau ennemi!

C'est, à mon sens, une mécanique originale qui vient changer la formule usée du power-up qui apparaît à la mort d'un adversaire.

Ingénieux, presque autant qu'un vaisseau en forme de fuck you.

Je dois ici vous offrir une confession : je ne suis pas très très bon dans les shoot 'em up.

Je m'amuse en y jouant, certes, mais c'est bien rare que je me rende jusqu'à la fin.

Habituellement, j'essaie d'éviter tous les ennemis en paniquant jusqu'à temps qu'une balle perdue me happe.

Encore une fois, Freedom Finger innove.

Non seulement avez-vous une traditionnelle barre de vie qui signale la mort du joueur si elle atteint zéro, mais on a également une barre d'ennemis.

À chaque fois qu'un ennemi réussit à traverser l'écran, la barre se remplit un petit peu.

Quand elle est pleine, vous avez perdu.

Heureusement, le jeu pardonne et la barre ne se remplit pas trop rapidement.

Mais ce petit ajout a été suffisant pour m'obliger à changer ma façon de jouer, me rendant beaucoup plus agressif.

Bien joué!

 

Un sens de l'humour omniprésent

Évidemment, un jeu qui s'appelle Freedom Finger et qui propose d'annihiler des hordes de communistes de l'espace à grands coups de Fuck you se doit d'avoir un sens de l'humour.

Et c'est évidemment le cas.

Mais il n'y a rien de pire qu'un jeu qui essaie d'être drôle.

L'humour est un art capricieux (je sais de quoi je parle, c'est avec ça que je gagne ma vie), et il y a en effet quelques blagues tout au long de l'aventure qui tombent à l'eau (rire de Minecraft, c'est un peu 2011).

Mais somme toute, le jeu m'a fait rigoler à plusieurs reprises : entre les citations (malheureusement réelles) de politiciens et de personnages historiques pendant les écrans de chargement, et le patriotisme dégoulinant de notre supérieur, il y a de quoi sourire.

Et pour un jeu de tir, Freedom Finger se permet d'avoir une histoire qui a clairement eu droit à une bonne dose d'amour et d'attention.

Ce n'est pas Citizen Kane, mais c'est plus intéressant que le « vole vers la droite et tire tout ce qui bouge » qu'on pourrait imaginer.

 

Conclusion

Freedom Finger n'est pas un jeu parfait.

La présentation, volontairement artisanale, est parfois un petit peu trop artisanale.

On aurait également souhaité des boss plus fréquents et intéressants.

Mais ce que le jeu fait bien, il le fait très très bien.

Et Freedom Finger a la chance d'être porté par une bande-sonore frôlant le génie, qui mérite d'être saluée.

Maintenant, il ne me reste qu'une question : à quand la trame sonore en vinyle?

 

Freedom Finger est disponible dès maintenant sur Steam et sur Switch. Le code nous a été fourni gracieusement par l'éditeur.

Une bande-sonore à tout casser, et un jeu pas mal du tout
8,5
Une bande-sonore à tout casser, et un jeu pas mal du tout

Freedom Finger est un shoot 'em up classique avec des idées originales, et une bande-sonore complètement planète.

Les plus
  • Une trame sonore à tout casser
  • Un sens de l'humour aiguisé
  • Des idées originales
Les moins
  • Une présentation parfois un peu trop artisanale
Catégories
Annonces
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet