Neo Cab – Laissez tomber, je vais marcher

J’aurais vraiment voulu terminer Neo Cab pour vous parler du dénouement de son scénario, mais je n’en ai pas été capable. Désolé. Après des bogues à n’en plus finir, des problèmes de lisibilité et un manque de cohérence entre les choix proposés et les dialogues, j’ai été contraint de mettre le jeu de côté pour reprendre mes esprits.

La première version que j’ai testée, c’était sur iPhone. Neo Cab est inclus dans le nouveau service «all-you-can-32GB» sur iOS, Apple Arcade. J’y voyais une aubaine, puisqu’il contient plusieurs titres dont Neo Cab qui valent plus de 15$, dans cet abonnement à 6$ par mois. Fou comme un balai, j’ai téléchargé ce jeu de taxi de 2 Gb dans mon téléphone.

En le démarrant, je ne me suis pas heurté à un problème de lag ou de contrôles, mais bien à un problème de lisibilité. Le texte, qui est de la même taille que la version PC ou console, est aussi minuscule que les petits caractères d’un contrat louche. On aurait pu croire que je simulais du VR avec un Google Cardboard tellement je devais approcher le téléphone de mes yeux. «Bon, oublions ça, je vais l’essayer quand il sortira sur console», me disais-je un tantinet trop optimiste.

Deuxième essai sur Switch, dans le métro. Un jeu de taxi pendant qu’un train me transporte à travers la ville? C’était le contexte idéal. Mais voilà que je me rends compte qu’après quelques minutes, c’est beaucoup trop dur sur les yeux. Le texte trop petit est un fléau sur Switch. La raison est simple : les développeurs font un port direct de leur version PC sans ajouter une option pour grossir le texte. Sur une télé, c’est bien, mais en mode portable, même les meilleurs jeux comme Slay the Spire sont illisibles.

Troisième essai. Je m’assois confortablement dans mon salon pour m’investir dans l’univers futuriste de Neo Cab. Malgré quelques soucis (j’en parle un peu plus loin), l’expérience est assez positive. Puis soudainement, le jeu gèle. Les animations continuent de s’agiter, mais les contrôles ne répondent plus. J’ai tout essayé. Je dois quitter le jeu et le démarrer à nouveau. Le problème, c’est que la sauvegarde automatique ne s’effectue qu’après qu’une course soit complétée : je dois donc recommencer le trajet du dernier client depuis le début. Lorsque j’arrive au même endroit pour la deuxième fois, je sélectionne le même choix de dialogue, puis le même problème se produit, une troisième, puis une quatrième fois. Je suis obligé de sélectionner un autre choix, moins avantageux, pour pouvoir poursuivre l’histoire.

J’ai été obligé de recommencer des chapitres en entier jusqu’au point ou je n’en pouvais plus.

Les dialogues français dans Neo Cab, c'est pas top.

Peut-être qu’un patch corrigera le problème? Peut-être que comme Just Shapes & Beat et What the Golf, c’est le fait d’avoir mis le jeu en français qui me cause tous ces problèmes. Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que c’est réellement désagréable et un peu angoissant de jouer à un jeu qui peut vous faire perdre votre progrès à tout moment.

Ceci dit, j’ai quand même pu tester une grosse partie du jeu. Comme Night Call, Neo Cab est un jeu de taxi narratif de 2019 dont l’interaction principale se fait via les dialogues avec vos clients. Vous y incarnez Lina, une chauffeuse de taxi qui décide de s’établir dans la ville cyberpunk de Los Ojos. Tous les taxis ont été remplacés par des voitures à conduites automatisées et ça ne vous plaît pas du tout. Vos clients sont parfois heureux de voir un visage humain au lieu d’une machine.

C’est un peu le point du jeu : garder son humanité à travers un futur de plus en plus robotisé.

À la manière de VA-11 Hall-A, c’est à travers les clients que vous lèverez le voile sur cet univers dystopique et que vous arriverez, j’imagine, à une conclusion qui relie tout ceci ensemble.

Pour avancer dans l’histoire, vous devez ramasser des clients spécifiques. C’est ici que ça se gâte. On doit par exemple ramasser un DJ, mais celui-ci est abonné au service Premium. Il exige donc que vous ayez une note de 5 étoiles pour l’embarquer. On se voit alors obligé d’améliorer notre note avec des clients optionnels, mais ce n’est pas toujours aussi facile qu’on le croit.

Au début du jeu, votre amie vous donne un bracelet qui change de couleur selon votre humeur. Selon les réponses que vous donnez au client, vous deviendrez plus calme, plus anxieux, plus excité ou plus démoralisé. Puis pendant une conversation, certains choix de dialogues ne sont pas accessibles si votre bracelet n’est pas de la même couleur que celui-ci!

On pourrait croire que ça nous force à être stratégiques, mais c’est tout le contraire : si on sélectionne la réponse qui rétablira notre morale, ça froisse le client et il nous laisse une mauvaise note, nous empêchant d’avancer dans le jeu!

Est-ce que je me trompe où ça va complètement à l’encontre du scénario? On est censé se sentir plus humain, mais on doit rester neutre et dire ce que le client souhaite!

Luke, le gars qui vomit dans ton taxi

Même si le but est de nous montrer que le système de notation de Uber est aussi cruel que ses clients, ça n’en fait pas une expérience amusante sous forme de jeu vidéo. L’avantage de ce médium interactif est de nous inclure dans le scénario en nous offrant des choix, mais si on nous punit constamment pour avoir voulu amener le dialogue dans une direction, pourquoi ne pas simplement en faire un jeu linéaire?

Peut-être que vous aurez plus de chance que moi avec Neo Cab. Quoi qu’il en soit, je ne crois pas qu’il soit un modèle à suivre en termes de scénarisation. Si la prémisse vous intéressait, je tournerais votre attention vers The Red String Club, VA-11 Hall-A ou Night Call, qui sont beaucoup plus accrocheurs.

Catégories
CritiquesMobileNintendoPC / MAC
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet