The Ninja Saviors: Return of the Warriors – comme dans les années 90

Un jeu vraiment retro, pour le meilleur et pour le pire

Il y a des genres vidéoludiques qui sont omniprésents pendant une certaine période de temps, avant d’être relégués aux bancs des spectateurs.

Pensons aux shoot-em up qui ont régné en maîtres dans les arcades avant de devenir un genre extrêmement niché réservé aux passionnés qui s’achètent des grips pour faire tenir leur Switch verticalement, ou encore aux platformers, qui étaient le genre incontournable avant de devenir l’apanage des jeux indies émotifs avant tout. 

Parmi cette liste des genres aux gloires passées, on aurait tort d’oublier les beat-em up. Les Streets of Rage et Final Fight de ce monde (sans oublier Turtles in Time) ont dominé les arcades pendant des années, avant de quasiment disparaître. 

Aujourd’hui, mis à part les titres les plus connus, la plupart des séries pondues dans les années 80 et 90 ont été oubliées. 

Ç’aurait pu être le cas de la série Ninja Warriors, publiée par Taito, n’eût été de l’engouement actuel envers les remakes et remasters de séries oubliées, dû en grande partie au succès de la Switch. 

C’est ainsi qu’on se retrouve aujourd’hui avec The Ninja Saviors: Return of the Warriors, un remaster de la version SNES de The Ninja Warriors, paru en février 1994 en Amérique du Nord. 

 

Un univers comme il ne s’en fait plus

Dans The Ninja Saviors: Return of the Warriors, vous incarnez l’un des 5 ninjas cybernétiques (3 disponibles dès le départ et 2 débloqués en jouant) qui partent en guerre contre Banglar, un tyran qui veut contrôler le monde. 

Écoutez, on va se le dire, les beat-em ups n’ont jamais été connus pour leurs trames narratives shakespeariennes. Habituellement, on se contente de vous trouver une excuse pour vous promener de gauche à droite en frappant tout ce qui bouge, et c’est bel et bien ce qui se passe ici. 

Ceci étant dit, il y a quelque chose de très sympathique de cet univers futuriste et dystopique (pour ne pas dire Cyberpunk, vu que Keanu Reeves s’est approprié le terme). Les robots-ninjas semblent tout droit sortis du cahier de dessin d’un gamin à l’imagination fertile (d’ailleurs, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les ingénieurs derrière ces androïdes ont décidé de donner d’immenses seins en métal à Kunoichi?)

Et contre toute attente, la fin m’a fait sourire. 

 

Un jeu très old-school

Bon, je pourrais me pavaner en faisant croire que je possède une connaissance encyclopédique de l’histoire entière des jeux vidéo. 

Mais la vérité, c’est que lors de ma première partie de Ninja Saviors, je n’avais jamais entendu parler de la série ni de son histoire. 

Je croyais tout simplement à un nouveau beat-em up vêtu d’un habillage rétro. 

Mais à force de jouer au jeu, je n’ai pu m’empêcher de trouver que Ninja Saviors avait également une prise en main très rétro. C’est là que j’ai réalisé que je n’étais pas devant un hommage aux jeux de Super Nintendo, mais devant un jeu de Super Nintendo carrément! 

Dans Ninja Saviors, il y a une lenteur qu’on ne connaît plus aujourd’hui. Les développeurs modernes ont tendance à injecter beaucoup de vitesse dans leurs jeux, de peur que le joueur ne s’ennuie. Pensons à Scott Pilgrim vs. The World (2010) ou 99Vidas (2016), des beat-em ups plus modernes (même si Scott Pilgrim aura bientôt 10 ans, ça ne nous rajeunit pas!) qui proposent un gameplay nerveux aux combos stratosphériques. 

Ninja Saviors est plus méthodique, d’une façon qu’on voit peu de nos jours. Les mouvements de nos personnages sont un peu raides. N’allez pas croire qu’ils sont mauvais; les commandes sont précises et elles répondent bien. Mais notre personnage ne peut se déplacer et frapper en même temps. Et pour un ninja cybernétique, il ne court pas très vite non plus. 

Ce genre de limitations impose un rythme plus réfléchi, où on pensera davantage à notre positionnement par rapport aux ennemis qu’à appuyer le plus rapidement possible sur les touches de notre manette. 

 

Le bon vieux temps était-il si bon que ça?

Le lecteur attentif aura probablement su déceler une tendance dans ma critique jusqu’à maintenant; Ninja Saviors est un jeu rétro, pour le meilleur et pour le pire. 

Le meilleur, c’est cette ambiance qui saura titiller la nostalgie des joueurs qui s’ennuient des soirées passées à l’arcade à se faire vider de sa monnaie. C’est le retour réussi d’un jeu dans un genre aujourd’hui presque disparu. C’est le plaisir du retour à une simplicité rafraîchissante: lance le jeu, frappe tout ce qui bouge, et répète le manège jusqu’au Game over. 

Mais ça vient aussi avec ses inconvénients. Le jeu est extrêmement court: on parle de 8 niveaux. Vous pourrez bien sûr avoir envie de refaire le jeu avec les nouveaux personnages que vous débloquerez, ou être tenté par le mode Time Attack qui vous défie de battre vos meilleurs temps. 

Mais fondamentalement, c’est un jeu qui peut se passer en une heure ou deux. À chacun de décider le montant qu’il souhaite investir, mais à 29,99$ pour la version digitale, la facture pourrait être salée pour certains. 

C’est aussi un gameplay résolument campé dans les années 90. C’est un jeu plus lent que les jeux d’action qu’on connaît aujourd’hui, et qui propose peu de variété. Ici, pas de niveaux qui changent la façon de jouer, pas de prise d’expérience et d’attaques à débloquer. 

 

Juste un jeu de baston à l’ancienne 

Il faut quand même souligner que les développeurs originaux, Tengo Project, ont quand même apporté quelques améliorations: la qualité sonore a été rehaussée, on vous propose des options graphiques et pour la première fois, il est possible de jouer en co-op avec un ami. 

Et ça, c’est toujours la meilleure façon de jouer à un beat-em up. 

 

Qui veut être un ninja?

Au final, je ne crois pas que The Ninja Saviors: Return of the Warriors est un jeu pour tout le monde. Les plus jeunes d’entre vous, qui sont nés après la mort des arcades ne comprendront sans doute pas l’attrait d’un jeu de ce genre, d’autant plus qu’il existe de meilleurs beat-em ups si vous souhaitez vous initier à ce style de jeux.

Mais pour les autres, pour les fanatiques du genre qui ont déjà passé Streets of Rage 2 des millions de fois, Ninja Saviors peut représenter une belle occasion de se replonger dans le genre, d’autant plus que cette version du genre, comme les ninjas qui y tiennent la vedette, est des plus honorables. 

 

 

Un beat-em up tout droit sorti des années 90
7,5
Un beat-em up tout droit sorti des années 90

Les plus
  • Une ambiance définitivement rétro
  • Excellente trame sonore
  • Des personnages variés et agréables à jouer
Les moins
  • Un jeu plus lent que ce à quoi on s'est habitué
  • Très court
Catégories
Annonces
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet