Superliminal – Un jeu de rêve

«La perception n'est pas la réalité». Voilà comment se décrit Superliminal, le premier jeu de Pillow Castle Games. Dans cet hybride entre le côté surréaliste de The Stanley Parable et le suspense de Portal, on nous présente une toute nouvelle mécanique de jeu qui changera votre perception de la réalité. Du moins pour quelques heures.

Superliminal débute dans une sorte de clinique du sommeil, qui vous promet de vous aider à vous débarrasser de votre anxiété. «Est-ce que vous sentez que vos petits problèmes prennent des proportions immenses? Chez SomnaSculpt, nous ferons de vos rêves une réalité!»

On se réveille à l’intérieur d’un rêve (joli paradoxe), où l’on vous explique la mécanique du jeu : lorsque vous prenez un objet dans vos mains, sa taille reste identique. Mais lorsque vous le lâchez, il devient aussi grand ou petit que la perspective le permette. Un tout petit objet peut alors devenir gigantesque, ou l’inverse. C’est vraiment difficile à expliquer, je vous recommande de regarder le vidéo ci-dessous pour tout comprendre en un clin d’œil.

Le rêve consiste en une série de pièces bourrées d’illusions d’optique. Votre but est simplement de trouver la sortie pour passer à la prochaine pièce. C’est ici que les puzzles vous feront perdre la tête. Le jeu consiste en 9 chapitres qui ont chacun un twist sur la mécanique de base, ou qui vous lancent une tout autre idée avec laquelle vous devrez composer.

Ça passe de «lorsque je clique sur les objets, ils se dupliquent» à «oh mon dieu, les ombres sont en fait des murs et ce qu’on pensait être les murs sont des trous blancs.» Troublant.

J’avouerai que certaines mécaniques se répètent (comme faire grandir un bloc pour qu’il vous permette d’atteindre la sortie un peu trop haute), mais en général, l’effort d’originalité est surprenant. C’est le piège du «expect the unexpected» : on s’attend à ce que la prochaine pièce vire notre monde à l’envers, alors la surprise est amoindrie.

C’est pourquoi je vous conseille fortement d’étirer Superliminal en quelques sessions de jeu. J’ai mis un peu plus de 2 heures pour compléter Superliminal, et lorsque le générique roulait, j’étais épuisé. Les deux derniers chapitres brisent tellement de conventions qu’on devient subjugué, paralysé devant l’impossible. Dans une pièce toute simple, on est parfois pris au dépourvu puisqu’on n’y trouve aucune issue, alors que la solution est simple (marcher au bon endroit), mais pourtant si étrange.

Inception «portalisé»

Un narrateur vous guide à travers votre sommeil à l’aide de radio disposée un peu partout. Soudainement, une voix robotisée vous indique que vous dépassez les limites du rêve. L’intelligence artificielle vous ordonne de NE PAS franchir les limites du rêve. Mais c’est réellement tentant, vous ne trouvez pas? Évidemment, ça dérape rapidement et vous vous retrouvez dans un rêve à l’intérieur d’un rêve, à l’intérieur d’un rêve… Le but est de vous réveiller avant de tomber dans un sommeil si profond qu’il est impossible d’en sortir.

C’est tendu, mêmes qu’un chapitre a les allures d’un jeu d’horreur. Y a-t-il réellement un danger, ou si c’est simplement votre perception de la situation qui vous en donne l’impression?

Tout au long du jeu, cette idée de la perception du joueur est reflétée dans ses mécaniques, casse-têtes et thématiques. Je crois qu’ils sont réussis à vider le sujet, à faire tout ce qui était possible.

Ça forme un tout cohérent, et on sort de l’expérience impressionnée par l’ingéniosité des casse-têtes.

Superliminal est uniquement disponible sur le Epic Game Store pour le moment. Sa page Steam s’est envolée en fumée, c’est à se demander si Epic a obtenu l’exclusivité absolue. Peu importe la plateforme, je le recommande à n’importe quel amateur de jeu indie étrange qui repousse les limites du possible, et bien sûr, à ceux qui ont aimé The Stanley Parable.

Abracadabrant
8.5
Abracadabrant

C’est (littéralement) le rêve des amateurs de jeu de puzzle qui souhaitent, pour une rare fois, ont droit à quelque chose de réellement original.

Les plus
  • Une mécanique absolument fabuleuse
  • Cohérence entre les puzzles et la narration
  • Se réinvente à chaque chapitre
Les moins
  • Un peu de répétition dans les casse-têtes
  • 8.5
Catégories
CritiquesPC / MAC
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet