Corpse Party 2 : Dead Patient – Longue attente à l’hôpital

Corpse Party 2 : Dead Patient nous replonge dans l'univers sanglant et horreur de ces prédécesseurs.

Cela fait bientôt six ans que Corpse Party 2: Dead Patient est sorti au Japon. Les Corpse Party ont toujours su bien mélanger une bonne dose d'horreur à une histoire extravagante, avec une trame sonore particulièrement malaisante ; si bien que, même si le jeu est un univers très pixelisé, la peur et l'appréhension y sont bel et bien présentes.

L'hôpital : un véritable cauchemar

Corpse Party 2: Dead Patient, c'est l'histoire d'une fille, Ayame, qui se réveille attachée dans une salle d'opération. Une fois qu'elle parvient à sortir de cette salle, elle découvre qu'elle se trouve dans un hôpital confiné ; rien n'y rentre, rien n'y sort. Pourquoi ? Suite au meurtre très graphique d'un enfant par sa propre mère, tout le monde est devenu cinglé et sanguinaire. Entre fantômes et zombies, hallucinations et monstres perturbants, Ayame doit sortir de cet univers. Niveau horreur, le jeu est très bien servi : à jouer avec un bon casque audio et aucun éclairage pour une expérience optimale.

Et voilà pas mal toute l'histoire disponible en anglais. Le jeu sera traduit et publié sous forme épisodique ; si bien que la première section publiée ne comprend que quelques heures de mécanique ; de quoi se créer une bonne frousse par un soir froid et glauque. Mais l'expérience ne saura être répétée de si tôt.

Certaines scènes demandent d'interagir avec l'environnement, mais dans un ordre précis : si vous faites le lien que le caoutchouc vous protège de l'électricité, il vous faudra malgré tout vous électrocuter pour que le personnage comprenne.

Si les mécaniques habituelles du jeu sont bien rodées et que l'univers demeure cohérent dans son incohérence - je veux dire, essayer d'être cohérent avec un jeu d'horreur surnaturel -, la longévité du titre, elle, laisse sur sa faim. Corpse Party 2: Dead Patient est sorti à la fin octobre, mais aucune information n'a filtrée sur les prochains épisodes et le rythme de la traduction. Est-ce que les autres épisodes devront être achetés, qui sait ?

Autre défaut malgré lui : le jeu est sorti en 2013. Il ne faut pas s'attendre ni à un titre optimiser pour les écrans d'aujourd'hui, ni à un jeu créer avec les moteurs d'aujourd'hui. En voulant mettre le jeu sur une télévision, l'image s'est déformée rendant l'expérience tout sauf agréable. Idem du côté de la carte des boutons ; le jeu les indique uniquement pour une manette, alors que j'avais uniquement mon clavier branché.

Certains passages sont plus tranquilles que d'autres ; mais certains vont venir vous marquer et vous troubler, assurément.

En bref, Corpse Party 2 : Dead Patient, du moins dans sa version occidental, est un jeu dédié aux fans de la série. La formule épisodique et le manque flagrant d'amour pour le remettre au goût du jour n'en font pas un jeu qui ira chercher de nouveaux fans.

C'est peut-être un peu ça le danger d'avoir un jeu créé par un ancien regroupement des fondateurs, mais qui travaillent tous et toutes sur d'autres titres en parallèle.

Catégories
Jeux
Rédacteur, linguiste et étudiant à la maîtrise en traductologie, il oriente son regard vers les impacts sociaux et culturels des jeux.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet