Shenmue 3 : La suite de la saga décryptée

Avertissement: cette critique contient de nombreux spoilers / divulgacheurs concernant Shenmue 1 et 2.

Étant la suite directe de Shenmue 2, il est difficile de conseiller l’épisode 3 à ceux qui n’ont pas connu le début de l’aventure.

Heureusement, Shenmue 1 et 2 HD Remaster sont disponibles à petit prix sur PS4, Xbox One, et Steam PC. Au pire une courte vidéo récapitulative existe dans le menu principal du 3.

Une saga tumultueuse

Shenmue 3 a été financé en 2015 par une campagne de sociofinancement et par Sony. En effet, c’est lors de la conférence Sony à l’E3 que l’annonce du Kickstarter a été faite. S’en est suivi un projet financé très rapidement et battant tous les records du site à l’époque. 4 ans de développement et quelques polémiques plus tard comme une exclu Epic Games Store alors que le jeu était promis sur Steam, nous voici enfin avec le produit final. Rappelons que Yu Suzuki est à l’origine de Super Hang-On, Outrun, Afterburner et Virtua Fighter.

L’auteur a pu donc remettre la main sur sa série Shenmue grâce à SEGA, Sony, Epic Games Store et aux fans. Il a fondé Ys.Net pour s’occuper de ce projet.

Shenmue 3 reprend strictement sur le terrible cliffhanger de Shenmue 2 qui a laissé tant de fans sur leur faim il y a 18 ans.

On y incarne notre héros Ryo Hazuki à nouveau et après avoir enfin rencontré la femme de nos rêves prémonitoires et lui avoir parlé pendant des heures dans la forêt, on se retrouve dans la cave en pleine Chine rurale.

On découvre dans cette cave les connexions entre le miroir du Dragon et le miroir du Phénix.

On s’attendait avec l’éclairage et illuminations dans la cave à ce que des choses magiques se passent. Shenmue 2 nous laissait en effet présager de quelques capacités surnaturelles pour Ryo.

Et bien ce n’est pas le cas, on sort de la cave quelques minutes à peine après y être entré et on se retrouve dans la maison de Shenhua.

Soudainement, on se remet à explorer la campagne de Bailu, et le village initial de Shenmue 3, toujours à la recherche du meurtrier du père du héros, Lan Di.

Point and click

Mais cette quête ne se déroule pas aisément, car les développeurs vont vous forcer à mener l’enquête auprès de tous les villageois, pour savoir où les hommes de Lan Di se sont rendus.

Il faudra suivre leur trace peu à peu, tout en essayant chacune des parties du jeu et autres mini-jeux que les développeurs ont voulu programmer.

A chaque fois, qu’on a un nouvel indice, le jeu nous trouve une excuse pour essayer le système de combat, essayer un jeu de hasard, ou chercher des objets dans une maison…

 

C’est vraiment frustrant parce qu’après 18 ans, on veut voir l’histoire avancer, pas chercher des papiers parmi 30 tiroirs dans un magasin.

 

Un nouveau jeu Dreamcast !

Toute la base des jeux Dreamcast est la, c’est à dire que de nombreux éléments font leur retour comme le système jour/nuit, le climat ou bien le fait de devoir rentrer à la maison la nuit tombée...

Un nouveau système vient s’ajouter également à la liste: il s’agit de la faim. Toutes les quelques minutes, ou après des efforts, Ryo va avoir faim et cela va réduire sa jauge de vie. Il faut alors acheter de nombreux aliments pour pouvoir courir et se battre décemment à nouveau. S’alimenter s’effectue juste via un menu et donc cela n’ajoute rien au soi-disant réalisme du jeu. Il s’agit juste d’un moyen que les développeurs ont trouvé pour obliger les joueurs à dépenser de l’argent et donc faire des jobs, et donc progresser.

Les boutons sont pratiquement identiques et ont repris la même configuration que dans les Remaster récents.

Bloc-notes, verrouillage des objets avec la vue, course avec la gâchette, tout est la.

Le verrouillage fonctionne cette fois-ci différemment, en effet au lieu de verrouiller un objet et de passer à un autre avec la croix, il faut désormais déverrouiller, osciller à nouveau avec le stick vers le nouvel objet, et le verrouiller.

Il s’agit donc d’un nouveau système qui prend du temps pour passer d’un objet à l’autre et qui devient vite fastidieux dans les phases d’investigation.

Avec l’ancien système, on ne savait pas toujours à quel autre objet on allait passer avec telle ou telle direction, mais au moins cela était rapide. Une nouvelle indication dans l’interface graphique permet heureusement de savoir ce que l’on peut cibler dans l’environnement cependant.

Un jour sans fin

C’est une grande caractéristique de Shenmue 3 dans sa généralité: le jeu est lent ! Très lent, comme ces prédécesseurs. Le game design date d’il y a 20 ans. Ryo est toujours aussi rigide, il prend 10 secondes pour enlever ses chaussures avant d’entrer une maison, il prend 10 secondes pour les remettre en sortant.

Les dialogues sont souvent niais et peu naturels, ils ont surtout un but informatif clair.

Tout est fait, pour que le joueur apprécie l’environnement, ne soit pas pressé et reste des heures dans le village initial.

Après c’est une question de point de vue, certains apprécieront le fait de prendre leur temps, d’apprécier le moment présent. D’autres auront le sentiment que les développeurs sont irrespectueux de leur temps. Après 6 heures de jeu, le joueur est encore en train de parcourir le premier village dont chacune des parties se débloquent au fur et à mesure. Il faut faire de très nombreux allers-retours pour être bien sur de tout essayer et pour pouvoir progresser, parce que les développeurs ne nous laissent pas le choix de toute façon.

Le combat a changé par rapport à ces prédécesseurs, s’il est enfin plus facile de verrouiller sa cible, désormais tous les boutons de face correspondent à un coup et il faut basculer rapidement le stick dans une direction pour esquiver. C’est un peu déconcertant surtout quand c’est l’excellent système de Virtua Fighter qui était de mise auparavant.

Jiu-Jitsu Kid

S’il y a une chose que je ne peux enlever à Yu Suzuki, c’est sa passion des arts martiaux. Il m’a inspiré, il y a 18 ans à m’y mettre, et il continue de le faire aujourd’hui. Tout comme dans les films Karate Kid, le héros va devoir énormément s'entraîner, presque tous les jours pour vaincre les différents adversaires se dressant sur son passage. Il devra faire preuve de patience, accomplir des tâches domestiques qui lui sembleront hors de contexte mais qui le font se muscler. Les maîtres de Kung-Fu se comportent comme Maître Miyagi dans les films.

Apprendre la persévérance, s'entraîner tous les jours, respecter ses adversaires, c’est tout une leçon de vie que Monsieur Suzuki apprend et impose aux joueurs.

Au fur et à mesure, après avoir pesté contre les inconvénients de Shenmue 3, on se réhabitue à ce rythme particulier, et le village devient familier.

On se prend même à jouer à Shenmue comme dans un Animal Crossing: en parlant à tous les habitants, en accomplissant des tâches, en faisant du commerce.

On ne peut pas aller plus vite que la musique dans ce titre, tout se fait avec persévérance et patience.

Ambiance moi

Une autre qualité rare de la saga, c’est sa capacité à retranscrire la vie en Asie bien mieux que le reste de la production vidéoludique. D’abord le Japon, puis Hong Kong, et maintenant la campagne chinoise, on voit comment leurs habitants vivent. On peut suivre leur moindre fait et geste. Ils ont chacun un comportement propre, une routine. La musique, la nourriture, les fêtes, les coutumes, toute la culture asiatique des pays en question est retranscrite.

C’est vraiment un fait remarquable et ça permet de découvrir et d’apprécier une culture méconnue ici en occident.

 

Événements très rapides

Shenmue qui fut l’initiateur des Quick Time Events dit QTE auprès du grand public il y a 20 ans, en comporte bizarrement très peu dans cet épisode. Il faut en effet attendre plus de 20 heures de gameplay pour être soudainement pris par surprise par un QTE dans une cinématique. On le rate donc forcément la première fois, surtout qu’il est très rapide. Tous les QTEs sont très rapides par rapport aux prédécesseurs. On a à peine le temps de réagir et on est obligés de recommencer la séquence en mémorisant chacun des boutons au fur et à mesure.

Je ne comprends pas ce choix. Peut être que les développeurs voulaient nous montrer chacun des embranchements de leur cinématique à tout prix.

 

J’ai pu observer à une seule reprise, que lorsqu’on ne touche pas la manette pendant plusieurs minutes, Ryo peut se déplacer automatiquement vers le prochain objectif.

Je ne sais pas dans quel cas cela peut se produire exactement. Je suppose que c’est lorsqu’on a une destination précise, et pas dans le cas des enquêtes. Je n’ai pas vu d’autres personnes en parler et je n’ai pas essayé de le reproduire davantage.

Indie gros budget

Le jeu a nécessité plus de 4 ans de développement et honnêtement cela se voit, les graphismes sont somptueux, il y a des milliers de ligne de dialogue pour la centaine de personnages qui sont soit doublés en anglais soit japonais comme vous le préférez. Tout est également sous-titré dans les 2 langues précitées en plus des 5 langues “standard” comme le français, espagnol….

Yu Suzuki a vraiment voulu réaliser un Shenmue 3 à la hauteur du 1 et du 2. C’est aussi incroyable de voir ce que l’équipe est arrivé à réaliser avec si peu d’argent et de temps.

Ce n’est donc pas un sous-Shenmue, c’est un Shenmue complet auquel on a droit. On peut remercier son créateur et les fans d’avoir pu réaliser leur rêve après autant de temps et nous ne bouderons pas notre plaisir.

Alors que Shenmue 1 et sa suite ont révolutionné l’industrie et inspiré de nombreux créateurs, 18 ans après, Shenmue 3 fait désormais figure d’OVNI. Il est constamment en train de vous forcer à contempler l’environnement, à prendre votre temps, à vous faire apprécier les arts martiaux, dans une époque où tout va vite.

Les fans qui s’attendent à finir enfin l’histoire seront déçus, en effet il faudra attendre une éventuelle suite. Difficile cependant de savoir si celle-ci sera financée ou s’il faudra attendre un autre 20 ans.

Catégories
CritiquesPC / MACPlaystation
Travaille désormais sur Combactu. L'émission des combats vidéoludiques. Cliquez sur les liens YouTube et Twitter (@CombactuFr) Après être tombé dans la marmite des grandes séries de jeux vidéo japonais depuis la NES, il n'en est jamais sorti et continue de suivre chacun des épisodes de Mario, Sonic, Castlevania, Street Fighter, Mega Man, Pokemon, Shenmue, Soul Calibur, Kirby... qui sort.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet