Survol historique de la franchise « Les Simpsons »

Depuis maintenant 30 ans, les Simpsons font partie de notre quotidien. Avec tous les gags du divan jusqu’aux épisodes d’Halloween, en passant par la présence d’Itchy et Scratchy et le fameux « D’oh! » d’Homer Simpson, beaucoup de souvenirs de ces trois dernières décennies reposent sur ces épisodes et ces personnages tant appréciés. Beaucoup de produits dérivés sont apparus dans les dernières années, dont un film, des livres et des jouets, mais aussi des jeux vidéo. Pour souligner le 30e anniversaire des Simpsons, il serait bien de revisiter spécifiquement cette partie de l’histoire de cette franchise.

 

 

Premières incursions des Simpsons dans l’univers vidéoludique

La première apparition des Simpsons dans un jeu provient de « The Simpsons Arcade Game », développé par Konami et sorti en 1991. Il s’agit d’un « beat ‘em up » qui permet à un maximum de 4 joueurs de contrôler les différents membres de la famille Simpson (Homer, Marge, Bart et Lisa) pour combattre différents ennemis, dans le but de sauver Maggie. Konami avait déjà connu un succès avec Teenage Mutant Ninja Turtles et voulait reproduire ce même succès avec les personnages des Simpsons. Outre la version arcade, celui-ci a été adapté pour le Commodore 64 et pour le MS-DOS, ainsi que sur le Xbox Live Arcade et le Playstation Network en 2012.

 

Le premier étant apparu sur une console de salon est « The Simpsons: Bart vs. the Space Mutants ». Sorti également en 1991, il s’agit cette fois-ci d’une aventure solo où le joueur ne peut que contrôler Bart, qui est le seul à se rendre compte que la ville de Springfield est envahie par des extra-terrestres. Le protagoniste peut utiliser ses lunettes à rayons X pour identifier les aliens qui ont pris une forme humaine. Par ailleurs, cette mécanique est très librement inspirée de l’intrigue du film « Invasion Los Angeles » (They Live), où le personnage principal doit utiliser des lunettes pour découvrir les aliens qui se déguisent en humains. Bien que le jeu ait été populaire grâce à l’utilisation de la série TV et de leurs personnages, les critiques ont plutôt été partagés et certaines personnes ont trouvé que les niveaux étaient trop compliqués.

 

 

À la recherche du succès

Dans les années subséquentes, de nombreux jeux provenant de l’univers des Simpsons ont vu le jour. Certains d’entre eux n’ont pas obtenu le succès escompté et les critiques n’ont pas été très élogieuses à leurs égards. On n’a qu’à penser à « Bart Simpson’s Escape From Camp Deadly », sorti sur le Game Boy, qui ne présente que les personnages de Bart et de Lisa et qui contient des graphismes bas de gamme.

 

Il y a aussi « The Simpsons: Bart’s Nightmare », sorti sur la SNES et la Sega Genesis, où le joueur prend le contrôle de Bart qui doit retrouver les pages manquantes de son devoir. Même s’il y a une partie en « side-scrolling » et l’autre en divers mini-jeux de type « shoot-em-up », il n’a pas été très bien accueilli par une partie des critiques.

 

 

Quant à « The Simpsons: Bart & the Beanstalk », très librement inspiré du conte de fée Jack et le Haricot magique, l’histoire suit Bart qui doit se promener en haut du haricot magique dans le but de collecter des pièces jusqu’à se débarrasser du géant. De mauvais graphismes combiné d’une bande sonore médiocre, il n’amène rien de nouveau aux nombreux platformers déjà présent sur les marchés dans les années 1990.

 

« Krusty's Fun House » est possiblement l’un des premiers de la franchise à avoir connu une bonne réception à la fois de la part du public et des critiques, notamment grâce à sa nomination aux Nintendo Power Awards de 1992. En prenant le contrôle de Krusty, le joueur doit créer des chemins pour conduire les rats à travers une série de puzzles et des labyrinthes vers des chambres d’extermination. 

 

 

Sortir des sentiers battus

Après avoir sorti principalement des platformers, les développeurs en ont créé d’autres de différents genres. C’est notamment avec la sortie de « Virtual Bart » que les joueurs ont eu l’expérience d’un autre genre. Équipé d’un casque de réalité virtuelle, Bart doit compléter tous les niveaux pour sortir de la machine. Le point unique est l’expérience de six mini-jeux, tous différents les uns les autres. On y en retrouve un de style plateforme horizontale, un de tir à la première personne, un de course, etc.

 

 

Pour ce qui est de « The Simpsons: Itchy and Scratchy in Miniature Golf Madness », c’est un concept plutôt particulier. Contrôlant le chat Scratchy, en défilement horizontal et vertical, celui-ci doit compléter un parcours de golf miniature tout en se défendant contre les attaques de la souris Itchy. L’appréciation de la plupart des critiques vient du fait que ce titre est un changement assez latéral par rapport aux précédents, proposant un concept unique et rarement vu.

 

Dans le cas de « The Simpsons: Cartoon Studio », qui est qualifié comme étant davantage un programme pour l’ordinateur, il permet aux utilisateurs de créer leur propre épisode de l’émission en utilisant divers outils, divers personnages, des effets spéciaux, de la musique et des dialogues interprétés par les acteurs des Simpsons. Bien reçu par les critiques, il faut dire que dans le milieu des années 1990, le genre cinématographique/interactif était à son apogée grâce à des titres tels que Phantasmagoria et The Pandora Directive. De ce fait, Fox a décidé de concentrer ses efforts sur ce genre populaire.

 

 

Surfer sur la vague du changement

C’est en 1997 qu’est apparu le premier jeu en 3D des Simpsons. Intitulé « The Simpsons: Virtual Springfield », ce jeu d’exploration à la première personne nous permettait de voyager à travers la ville et d’y explorer des lieux cultes de la série, comme le Kwik-E-Mart, l’école élémentaire de Springfield et la centrale nucléaire. L’objectif est de collecter des cartes de joueur tout en interagissant avec les personnages et en débloquant de nouvelles zones.

 

Il y a aussi eu un jeu de bowling, nommé « The Simpsons Bowling ». Sans être révolutionnaire, il offre la possibilité de prendre l’un des personnages disponible, soit tous les membres de la famille Simpson (sauf Maggie, mais incluant Abe), Mr. Burns, Krusty, Willie et Apu. Tous les personnages ont leurs forces, leurs faiblesses et leurs spécialités propre à eux, ce qui rend l’expérience moins fade et plus intéressant. De plus, jusqu'à quatre joueurs peuvent y jouer en même temps.

 

Avec la popularité des jeux de sports, les Simpsons n’y ont pas échappé, notamment avec « The Simpsons Wrestling ». Dans plusieurs endroits de Springfield et comportant une dizaine de personnages de la série, le joueur doit en combattre un autre ou bien un ordi dans un match de lutte. Il y a également eu « The Simpsons Skateboarding », qui était très similaire à la série « Tony Hawk’s Pro Skater ». On y retrouve plusieurs compétitions de compétences, dont des concours de figures et du skate libre. Toutefois, bien que ceux-ci semblent intéressants à la base, ils sont chacun considérés comme faisant parti des pires jeux vidéo de tous les temps.

 

 

Le succès de Road Rage & d'Hit and Run

Au début des années 2000, après certains qui ont obtenu moins de succès, au moins deux d’entre eux ont été  très rentables. Le premier est « The Simpsons: Road Rage ». Il s’agit d’un jeu de combat motorisé où le joueur doit choisir l’un des personnages de la série (avec son véhicule) et de prendre des passagers un peu partout dans la ville pour les apporter à leur destination le plus vite possible. L'histoire raconte l’achat de tous les transports publics de Springfield par Mr. Burns, qui les a remplacés par des bus radioactifs, menaçant la santé des citoyens. Malgré de bonnes ventes, celui-ci a été facilement comparé à « Crazy Taxi », créé par Sega, puisque les deux comprennent beaucoup de similarités évidentes. C’est pour cette raison que Sega a poursuivi les développeurs de « The Simpsons: Road Rage » pour violation de brevet.

 

L’autre, considéré comme l’un des meilleurs jeux vidéo comportant les Simpsons, est « The Simpsons: Hit & Run ». Il s’agit d’un jeu d’aventure en monde ouvert grandement inspiré du gameplay de « Grand Theft Auto III », autant divertissant et plus comique.Celui-ci permet donc d’explorer librement Springfield selon le point de vue d’Homer, de Bart, de Lisa, de Marge et d’Apu. Celui-ci a également l’opportunité de réaliser différentes missions, d’interagir avec d’autres personnages de la franchise et de conduire pas moins de 70 véhicules différents. Cela permet une immersion complète dans la série, d’autant plus que l’histoire a été développée en collaboration avec les scénaristes et des créateurs des Simpsons. C’est un peu grâce à eux que le ton humoristique de la série TV s’y retrouve aisément. Par ailleurs, plusieurs personnes souhaitent l’avoir en remake ou en remaster sur les consoles récentes.

 

Et maintenant… ?

Entre 2007 et 2019, il semble y avoir un certain ralentissement, puisqu’il n’y en a eu que 5 qui ont été publié, dont la majorité sur mobile. En premier lieu, après qu’Electronic Arts ait obtenu les droits sur la franchise, ils ont d’abord publié « The Simpsons Game », qui est à ce jour le dernier de la franchise à être apparu sur console. Il s’agit d’un jeu d’action autoréférentiel où le joueur prend le contrôle des cinq membres de la famille dans divers niveaux contenant plusieurs références à la culture populaire et à d’autres jeux vidéo. Il s’agit également du seul contenant des cinématiques qui sont très identiques à la série TV.

 

Environ dans les mêmes temps que cette sortie sur divers consoles, EA a préféré se concentrer sur le marché du mobile. La franchise est apparu dans « The Simpsons: Minutes to Meltdown », suivi dans « The Simpsons: Itchy & Scratchy Land ». Avec un gameplay très similaire entre les deux, le joueur campe uniquement Homer dans le premier, alors qu’il peut contrôler trois autres membres de la famille dans le deuxième. Dans le premier, il peut explorer différents lieux dans Springfield et interagir avec d’autres personnages, alors que dans le deuxième, il ne peut que se promener que dans les lieux basé sur le 4e épisode de la 6e saison.

 

Le dernier à ce jour basé sur la franchise est « The Simpsons: Tapped Out ». Initialement sorti en 2012, il s’agit d’un jeu freemium de city-builder où les utilisateurs peuvent créer et de maintenir leur propre version de Springfield en utilisant des personnages et des bâtiments familiers. À ce jour, il y a encore plusieurs mises à jour avec de nouveaux contenus, souvent sur des thèmes spécifiques tels que l’Action de Grâce et l’Halloween.

 

 

Que nous réserve le futur ?

Depuis 2012, les Simpsons ne sont plus apparu sur les consoles (à l’exception du remake de « The Simpsons Arcade Game »), ni sur les appareils mobiles. Seul le dernier continue encore d’avoir des mises à jour de temps en temps. La seule exception de l’apparition de la franchise est en 2015 avec l’apparition de « LEGO Dimensions » en 2015, où le joueur peut contrôler Homer, Bart et Krusty dans plusieurs lieux de Springfield. Le côté comique est la rencontre entre ces personnages et d’autres provenant des films et des séries TV, tels que Scooby-Doo, Superman, Doc Brown et Marty McFly, Sonic, etc. Depuis ce temps, même si la série a été une nouvelle fois renouvelée pour d’autres saisons, il semblerait que les jeux vidéo ne soient plus une terre d’accueil pour la famille jaune la plus connue au monde.

 

Récemment, l’un des créateurs de « The Simpsons: Hit & Run » a affirmé qu’un remake pourrait voir le jour. Son producteur, Vlad Ceraldi, a dit en entrevue que ce serait amusant « d’explorer à nouveau ces personnages et cet univers ». Pour que ce remake ou ce remaster soit disponible pour une nouvelle génération, il faudrait que tous les parties disposant des droits de la franchise puissent s’entendre et commencer le développement. Pour le moment, il s’agit du seul projet de jeu des Simpson en discussion. Toutefois, une bonne dose de nostalgie ferait du bien dans le cœur de nombreux joueurs. 

 

Catégories
Dossiers
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet