Sous le radar 2019: Manifold Garden

Afin de souligner la fin de l’année, Multijoueur a décidé de vous faire découvrir des titres géniaux que vous avez peut-être manqués en 2019. Parce que de nouveaux jeux à découvrir, c’est pas mal mieux que du chocolat de calendrier de l’avent!

Grâce aux jeux vidéos, je suis prêt à toute éventualité. Portal nous a fait relativiser l’espace, le VR a fait de la téléportation quelque chose de banal, puis Superliminal nous a fait comprendre que la perception n’est pas la réalité.

Maintenant, Manifold Garden, lui, nous demande de maîtriser le concept de l’infini et d’oublier la gravité. Juste ça.

C’est un jeu de casse-tête à la première personne comme les jeux mentionné ci-haut. La plupart du temps, l’objectif est d’amener un bloc de couleur sur un interrupteur pour ouvrir une porte. Rassurez-vous, plusieurs éléments font de cette simple tâche un défi coriace.

D’abord, l’infini. Si vous tombez dans le vide dans Manifold Garden, vous ne mourrez jamais. En fait, chaque parcelle de niveau se répète à l’infini, comme deux miroirs qui se regardent. Le haut est aussi le bas, la gauche est aussi la droite. Il faut utiliser cet élément à notre avantage pour relativiser l’espace dans lequel on se trouve.

Deuxièmement, la gravité, qui est elle aussi relative. On peut la changer sur n’importe laquelle des 6 faces du niveau. En gros, on peut marcher sur les murs et le plafond en tournant le monde dans tous les sens.

Finalement, les décors sont parfois impossibles, comme des peintures de M.C. Escher: il faut alors s’ouvrir l’esprit, accepter que certaines choses ne fassent aucun sens, et intégrer ce concept dans la solution du puzzle.

Manifold Garden nous désoriente. Pas dans le sens «motion sickness», mais plutôt parce qu’il nous renverse par ses décors qui semblent être venus d’une autre dimension. Ce qui ressemblait au début à un simple clone de Antichamber a maintenant son propre style grâce à sa palette de couleur pastel au subtil dégradé. C’est magnifique.

L'infini

C’est le premier jeu de l’artiste William Chyr dont le portfolio est rempli de sculptures en ballon… Il a mis 5 ans pour compléter son chef-d’œuvre, et il a réussi ce défi impossible. C’est le genre de jeu qui se termine en une soirée. Il nous hypnotise et on en ressort avec une zénitude incomparable.

L’une des raisons pour laquelle vous l’avez peut-être manqué, c’est qu’il est exclusif au Epic Game Store et Apple Arcade pour le moment, mais je vous garantis qu’il aura un regain de popularité lorsqu’il sortira sur Steam en 2020.

De grâce, n’y jouez pas avec le contrôle tactile horrible sur iOS, mais profitez d’un clavier/souris sur la version PC!

Catégories
CritiquesJeuxMobilePC / MAC
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet