Dragon Ball Z Kakarot: Le Gohan de la série

Comme le fils de Goku, DBZ Kakarot est un jeu plein de potentiel... mais qui ne fait que décevoir.

Je suis fan de Dragon Ball. Le premier tome de la série est le premier livre que je me rappelle d’avoir demandé à mes parents, j’ai lu toute la série et vu les épisodes plusieurs fois, je suis allé à Osaka au Japon pour le lancement du restaurant dans Dragon Ball (j’ai pris un ramen Oolong avec une petite culotte en tofu), j’ai même un tatouage de Goku sur le bras. 

Pourquoi je vous dis tout ça? Parce que je m’apprête à dire des choses pas très gentilles sur le nouveau jeu de Dragon Ball, et je ne veux pas que vous pensiez que ça vient de quelqu’un qui ne connaît pas la série ou qui ne l’aime pas. 

Au contraire. 

 

Un jeu pour qui?

Il y a eu des dizaines de jeux de Dragon Ball par le passé. Il peut donc être difficile pour un nouveau venu de se distinguer de la masse de jeux adaptant les aventures de Goku et cie. 

Dragon Ball Z Kakarot a donc eu l’idée de proposer de vivre les aventures des combattants sous la forme d’un Action-RPG au monde ouvert, une idée qui m’a intrigué au départ. 

J’ai été particulièrement intéressé quand j’ai essayé le jeu cet été à l’E3 et que j’ai vu qu’on proposait de nombreuses quêtes annexes mettant en vedette des personnages oubliés de l’histoire de Dragon Ball (Android 8, Lunch, Nam). 

Visiblement, on développait un jeu réservé aux vrais de vrais fans de la série. 

Sauf qu’une fois qu’on joue, l’impression s’estompe. 

Le contenu véritablement nouveau est mince. 95% du jeu est consacré à revivre les événements marquants de la série, histoire qui a été racontée des centaines de fois. N’importe qui un peu intéressé par Dragon Ball peut probablement vous raconter la séquence des événements les yeux fermés. 

Le contenu supplémentaire est rachitique. Par exemple, une quête annexe nous propose de découvrir comment Krillin et Gohan ont appris à s’entraîner mentalement comme ils le font en route vers Namek. 

La réponse? Un jour, Krillin a proposé à Gohan d’essayer l’entraînement mental, fait qu’ils se sont assis sur la plage et ils ont fait ça.

Fascinant. 

Les personnages tirés des voûtes de l’univers d’Akira Toriyama ne servent finalement pas à grand-chose. Ils nous donnent des quêtes insipides qui n’apportent rien à l’histoire.

 

Des quêtes qui rappellent le « filler » de l’anime

Parlons-en, de ces quêtes annexes. 

J’étais excité de découvrir quelles genres d’aventures inédites je vivrais aux côtés de Lunch, d’Android 8, du maître des Grues ou de Taopaipai. 

Finalement, ces quêtes auraient pu être données par n’importe quel PNJ anonyme que ça n’aurait pas changé grand-chose. 

Une quête, à titre d’exemple, débute quand Tortue Géniale nous demande de retrouver Lunch, qui semble s’être égarée en allant faire les courses. 

On va donc en ville, où elle crie après quelqu’un. Ce dernier se fâche, et lance des robots (un des quelques ennemis qui reviennent sans cesse dans le jeu) contre elle. On bat les robots, puis on revient à la maison. 

Fin de la quête. On n’a rien appris, il n’y a pas eu d’interaction vraiment intéressante. Juste un autre combat aléatoire pris en sandwich entre deux cinématiques ennuyantes. 

Et je viens de décrire à peu près toutes les quêtes annexes. S’il ne s’agit pas de défaire un énième ennemi qu’on a vu 1000 fois, il s’agit d’aller récupérer des objets éparpillés comme dans un MMO des années 2000. 

Une immense déception. 

 

Un jeu de rôle tout sauf drôle

Bon, d’accord, l’aspect narratif n’est pas à la hauteur… mais tout ça peut être sauvé par une prise en main agréable, non? 

Si seulement! 

Parlons d’abord de ce fameux aspect jeu de rôle. On a eu droit à une infinité de jeux de combat portant le sceau de DBZ, mais les RPG sont beaucoup plus rares. 

Ç’aurait pu être une piste intéressante. Mais les mécaniques RPG-esques sont encore plus faibles que Raditz qui s’est fait tirer la queue. 

L’attrait d’un RPG, c’est de sentir la progression de son personnage, d’observer un progrès constant. 

On a toutefois l’impression que les développeurs de CyberConnect2 n’ont pas osé s’investir à fond dans le genre RPG, rendant le progrès presque insignifiant. 

C’est comme si on hésitait entre un jeu de baston et un RPG, et qu’on avait décidé d’enlever tout poids à l’aspect jeu de rôle pour ne pas nuire à l’aspect action. Il est pourtant possible de marier les deux; la série Tales of, également publiée par Bandai Namco, le fait très bien! 

Les systèmes sous-jacents sont également drôlement expliqués. 

Il y a d’abord le système d’emblèmes. À certains moments de l’histoire (ou en complétant des quêtes annexes), des personnages vous remettront leur emblème. Vous devez alors les placer dans un des tableaux disponibles, ce qui vous donnera des avantages. 

Par exemple, le tableau de cuisine rendra plus efficaces les plats cuisinés. 

Résultats de recherche d'images pour « Community boards kakarot »

Source: Polygon

Le jeu passe énormément de temps à expliquer ce système, qui ne sert finalement à rien. 1% de plus en défense contre le ki? Ok. 

Pourtant,l’arbre des compétences est pratiquement ignoré. Il s’agit pourtant du système le plus important, permettant de développer de nouvelles attaques et de nouvelles compétences. 

Quand à l’aspect action? Les combats fonctionnent bien, mais si vous avez joué à Xenoverse, vous avez joué à Kakarot. Rien de bien excitant. Soyons clairs: le système de combat fonctionne bien; c'est probablement l'aspect du titre le plus robuste. Mais d'autres titres bien meilleurs vous offrent la même expérience.

 

Pauvre Gohan

Voici pourquoi j’ai choisi ce titre (DBZ Kakarot est le Gohan de la série); comme le fils de Goku, le titre possède un grand potentiel… qui n’est jamais pleinement réalisé. 

On voit que les développeurs sont de vrais fans de la série, qu’ils voulaient offrir quelque chose de spécial aux amateurs. 

Mais à tous les points de vue, le jeu n’est jamais à la hauteur de ses ambitions. Le système de combat est correct, sans plus. L’aspect jeu de rôle est finalement plus encombrant qu’intéressant. Les quêtes annexes sont nulles à un point où on n’est plus excité de retrouver un personnage semi-oublié. 

Voici ce qu’il faut faire avec ce titre, d’ailleurs : l’oublier. 

 

Note: un code nous a été remis à fin de critique par Bandai Namco.

 

Un titre qui n'est pas à la hauteur des attentes
6
Un titre qui n'est pas à la hauteur des attentes

Les plus
  • De jolis graphismes
  • Un système de combat acceptable
Les moins
  • Un système RPG lourd et insatisfaisant
  • Des quêtes annexes ennuyeuses
  • Une histoire racontée mille fois
Catégories
CritiquesMicrosoftPlaystation
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
2 commentaires
  • seksek
    3 février 2020 at 17:15
    Laisser un commentaire

    Niveau gameplay beaucoup trop simplifier et étant fait par cyberconect je m’attendais à des affrontement titanesque style naruto ultimate ninja storm 4 avec des mini scènes en combat etc j’ai même rejouer à ninja storm pour comparer….. Absolument rien à voir. Naruto loin loin devant au niveau des combats et de la mise en scène pourtant naruto date de la préhistoire comparé à kakarot
    Ils ont décidé de survolé des scènes mythique des combat mythique aussi comme goku ssj2 vs majin végéta.
    Ce jeu suffira au fan peut être mais je suis un fan très difficile surtout vis à vis de dbz.
    Musique des cinématiques façon orchestre ne colle pas du tout avec les cinématiques.
    Pratiquement Les 2 mêmes musiques durant tout le jeu et de plus les musiques sont très mal placés dans les scenes. Et tu ne peux même pas les enlevé car elles sont pré enregistré. Donc impossible de vivre les scène mais avec tes propres musiques dbz.
    Très très déçu par ce jeu.

  • Seksek
    3 février 2020 at 17:17
    Laisser un commentaire

    Quêtes inutiles. Chargement entre chaque changement de ville. Très relou.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet