Coffee Talk est une tasse chaude par une soirée pluvieuse

Il y a des jeux qui font monter l'adrénaline en nous, qui nous permettent de simuler la sensation de danger tout en restant assis sur notre sofa. Des jeux faits pour faire battre le coeur dans notre poitrine et qui nous laissent tendus quand on dépose la manette.

Et il y a des jeux qui essaient de recréer la sensation de siroter une tisane en écoutant la pluie marteler les fenêtres dans le silence de la nuit.

Coffee Talk, un visual novel signé Toge Productions (un petit studio indie de l'Indonésie), fait définitivement partie de la seconde catégorie.

Et ça fait du bien.

 

La vie des autres

Dans Coffee Talk, vous incarnez un barista qui tient un café bien particulier: Coffee Talk, l'établissement en question, n'ouvre ses portes que la nuit.

Il devient alors un refuge pour les âmes en peine qui errent dans les rues de Seattle. Et en tant que barista, vous devenez un témoin privilégié des déboires et des réussites des clients qui fréquentent votre café bien particulier.

Ainsi, vous serez appelé à servir Freya, une jeune auteure qui souhaite écrire son premier roman, ou Jorji, un sympathique policier qui défend le quartier.

Le Seattle présenté par Toge Productions diffère cependant de la ville américaine qu'on connaît; dans cette version, des créatures fantastiques peuplent les villes modernes.

Vous retrouverez ainsi parmi vos clients un mannequin vampire et son meilleur ami lycanthrope, une orque développeuse de jeux vidéo, ainsi qu'un couple rappelant Roméo et Juliette, sauf que les Capulets et les Montaigus sont remplacés par des elfes et des succubes.

En tant que barista, vous pourrez subtilement influencer leurs vies en leur servant les breuvages qu'ils réclament... ou au contraire en décidant de leur offrir le mélange qu'ils ne savent pas encore vouloir.

C'est tout le pouvoir d'un bon café (même si personnellement, je préfère de loin le thé!)

 

Un dosage narratif à peaufiner

La prémisse d'une société où différentes races coexistent littéralement est intéressante. Elle permet de déconstruire le racisme de façon imagée.

Ce cadre fantastique et surnaturel permet également de se pencher sur plusieurs problèmes modernes et bien réels; ainsi, un extraterrestre venu sur Terre pour s'accoupler permet à Coffee Talk de questionner notre rapport à la séduction, tandis que la présence d'un vampire immortel qui gagne sa vie comme mannequin présente une critique du culte de la beauté.

Ceci étant dit, Coffee Talk aborde une foule de sujets lourds et complexes, et sa courte durée d'environ 3 heures ne lui permet pas vraiment d'aller au fond des choses.

On reste parfois avec l'impression que les problèmes ont été nommés, puis ignorés.

Il faut également ajouter que la barrière de langue se fait sentir ici. Les développeurs étant indonésiens, on devine que leur langue maternelle n'est pas l'anglais.

Je ne sais pas s'il faut jeter la faute sur les auteurs ou sur la traduction, mais la version à laquelle nous avons joué présentait de nombreuses erreurs grammaticales, surtout à la fin du jeu, comme si cette section avait bénéficié de moins de soins.

Bien dommage dans un genre comme le visual novel où le texte joue un rôle central.

 

Une ambiance feutrée

Cependant, là où Coffee Talk triomphe, c'est dans l'ambiance créée de façon magistrale.

À une époque, j'écoutais régulièrement cette pièce pour m'endormir. Le doux son jazz conjugué avec la percussion de la pluie avait tendance à m'endormir en un temps record.

Coffee Talk est l'incarnation vidéoludique de cette chanson. La trame sonore signée Andrew Jeremy propose une sonorité lo-fi et hip-hop des plus relaxantes.

Tandis que vous écoutez les histoires de vos clients, vous pouvez observer derrière eux les passants qui se faufilent dans la rue en évitant la pluie constante.

Le son de l'averse accompagne les discussions et la musique relaxante. Puis vous préparez des breuvages que vos clients dégustent en laissant tomber de leurs épaules le poids de la journée.

On le dit souvent, c'est presque devenu un cliché, mais Coffee Talk est un de ces jeux parfaits pour la Switch. C'est le genre de titre que vous voudrez emmener au lit pour jouer quelques minutes avec une bonne paire d'écouteurs, avant de vous endormir pour la nuit.

 

Un code pour Nintendo Switch nous a été remis par l'éditeur à des fins critiques.

Un visual novel chaud et réconfortant
8
Un visual novel chaud et réconfortant

Les plus
  • Une trame sonore apaisante
  • Une ambiance relaxante
Les moins
  • Des erreurs de traduction
  • Des enjeux abordés superficiellement
Catégories
Critiques
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet