Throw Anything: de l’argent jeté par les fenêtres?

Même si la technologie VR a connu des progrès impressionnants dans les dernières années (entre autres grâce à l’engagement important de Sony envers la technologie - du moins, sa branche abordable), cette catégorie de jeux peine toujours à dépasser un certain plateau. 

Plusieurs jeux VR nous offrent des expériences uniques, drôles et innovantes. Mais on attend encore LE jeu qui rivalisera les grosses productions AAA tout en tirant partie de la réalité virtuelle. Ou sans être aussi ambitieux, au moins des jeux qui ressemblent plus à des jeux complets et moins à des mini-jeux amusants en courtes séances. 

Throw Anything fait définitivement partie de ces jeux qui offrent avant tout une brève distraction.

C’est rigolo. Mais est-ce assez pour justifier les 25$ demandés? 

 

 

Tout doit partir (par la fenêtre) !

Le principe de Throw Anything est simple (et efficace): des zombies tentent d’escalader une façade de bâtiment, et vous devez leur lancer des choses par la fenêtre pour les faire tomber. 

À ce concept de base s’ajoutent de légers éléments de puzzle. Par exemple, un niveau se déroule dans un bureau. Si vous lancez des documents en papier sur la photocopieuse, ceux-ci se dédoubleront, doublant ainsi vos munitions. 

L’action devient vite frénétique. Quand les zombies deviennent trop nombreux, ou que le boss un peu trop insistant, on se met à agripper tout ce qui nous tombe sous la main, et on sent la panique qui doit habiter notre personnage. 

C’est un moment rigolo et enlevant. 

Un contenu léger comme la brise

L’ennui, c’est que ne serait-ce de l’utilisation de la réalité virtuelle, Throw Anything est le genre de jeu qui pourrait aussi bien être un jeu mobile. 

En fait, même l’interface rappelle les jeux mobiles. 

Il faut aussi savoir que le titre ne comporte que 6 niveaux. Vous pourrez améliorer vos scores et utiliser les points gagnés pour acheter de nouveaux objets à lancer par les fenêtres… mais il reste que si vous êtes habiles, vous pouvez finir le jeu en une heure sans problème. 

Vous êtes récompensés après chaque niveau par une narration, mais je n’ai pas pu trouver en moi la force de m’intéresser à cette histoire bancale. 

Les développeurs non plus, apparemment, parce que les « cinématiques » semblent être narrées par un logiciel de lecture (tsé la voix de votre GPS ou la voix de robot qui lit les phrases traduites sur Google? Ça.) 

Avoir envie de lancer son PS4 par la fenêtre

L’autre gros ennui avec cette version PSVR (le jeu est sorti il y a deux ans sur Steam), c’est que la caméra se prêt mal au concept du jeu. 

En effet, pour trouver des objets à lancer aux morts-vivants, il vous faut vous retourner. 

L’ennui, c’est que contrairement aux kits VR pour PC qui sont habituellement munis de plusieurs caméras, le PSVR ne compte qu’une seule caméra qui suit les boules lumineuses sur votre manettes Move. 

Quand vous faites dos à la caméra, celle-ci devient aveugle. 

Il peut alors devenir extrêmement difficile de saisir des objets. Un grave problème pour un jeu dont la mécanique principale est de faire dos à la caméra. 

Le verdict tombe

Throw Anything m’a amusé quelques minutes. 

Mais le prix est bien trop élevé pour le maigre contenu, et le titre n’est pas vraiment adapté au PSVR. 

Attendez qu’il tombe en rabais sur Steam (après tout, c’est un vieux jeu sur cette plateforme). 

Sinon, c’est peut-être un peu de l’argent lancé par les fenêtres, finalement.

 

Notre finale: 6/10

Une distraction rigolote... mais probablement mieux sur PC
6
Une distraction rigolote... mais probablement mieux sur PC

Catégories
JeuxRéalité virtuelle - VR
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet