Zero Zero Zero Zero – Un jeu de plateforme sur «shuffle»

Alors qu’on pensait que les platformers ne pouvaient plus innover, 0000 (Zero Zero Zero Zero) nous arrive avec une idée tout à fait géniale qui change tout.

Au lieu de limiter votre nombre de vies, chaque fois que vous mourrez, vous passez aléatoirement à l’un des 99 autres niveaux. Lorsque vous en terminez un, il est rayé de la liste, et exclu de la rotation. Le but est évidemment de tous les compléter.

Sachez qu’un chronomètre roule lorsque vous démarrez une nouvelle partie, mais qu’il ne sera pas pris en compte si vous sauvegardez votre progression et que vous quittez. En gros, c’est un immense défi de speedrun, qui vous demande de terminer le jeu d’un seul coup. Si vous êtes comme moi et que votre patience est limitée, rien ne vous empêche de tenter de compléter le jeu en plusieurs séances, en ignorant le chronomètre.

0000 contient 100 niveaux à difficulté variée. Le côté aléatoire vient tout de même poser un lapin à un aspect essentiel du level design : la progression de la difficulté. Je me trompe peut-être, mais j’ai l’impression que certains niveaux plus faciles ont tendance à ressortir plus souvent dans la rotation, ce qui serait une solution pour aider le joueur à progresser tout en gardant le concept de base intact.

On pourrait comparer ses obstacles à N++ (lasers, canon, plateforme qui s’affaissent), bref, des éléments classiques du genre platformer. Par le fait même, il ne nous demande pas d’apprendre de nouvelles mécaniques : la prise en main est instantanée. Même chose pour ses contrôles, dont la physique est tout aussi intuitive. Votre personnage a un fusil, ce qui lui permet d’éliminer des ennemis ou détruire des blocs, permettant à quelques niveaux d’ajouter un peu de variété.

J’avoue m’être laissé prendre au jeu : ce que je pensais être une courte session de jeu de quinze minutes s’est transformé en une heure : j’étais complètement hypnotisé par le flot constant de niveaux qui défilait devant mes yeux. La frustration que l’on ressent habituellement dans les platformer lorsqu’on meurt est complètement absente, puisque l’on retombe immédiatement dans l’action et qu’on est pas obligé de refaire le même niveau en boucle.

Un mode «hardcore» dans lequel vous ne possédez qu’une seule vie est disponible : idéal pour des sessions entre amis, où chacun tente de compléter plus de niveaux que l’autre.

Un one-man game d’ici

Nous avions eu la chance d’essayer une version primitive du jeu lors du MEGA 2017, et déjà, le concept nous avait conquis. C’est un one-man game d’ici, par le développeur montréalais Alvaro Salvagno, responsable d’une multitude de projets artistiques listés sur son site. Il travaille présentement sur Été, un jeu narratif que l’on attend avec impatience! (ajoutez-le à votre wishlist Steam pour être certain de ne pas manquer sa sortie!)

0000, c’est un jeu minimaliste dans tous les sens possibles : graphisme 1-bit (noir et blanc), d’une taille de 30 Mb et d’un prix de 5 $! Je n’ai donc aucune difficulté à vous le recommander : un beau petit défi sympathique pour pas cher, à essayer seul ou avec des amis.

Catégories
CritiquesMicrosoftNintendoPC / MACPlaystation
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet