Animal Crossing 101: dettes, obsession du collectionneur et zoothérapie

À la veille de la sortie de Animal Crossing New Horizon sur Switch, j’ai l’impression que la moitié des gens ont hâte, tandis que l’autre moitiée n’arrivent pas à comprendre l’engouement derrière la série. À tous ceux qui ne comprennent pas le but ou l’objectif du jeu, on va se faire un petit Animal Crossing 101!

Animal Crossing, ça débute toujours dans un train. On est seul, on vient de quitter sa ville natale pour s’installer dans un village peuplé d’animaux. Le sympathique Tom Nook, qui possède le seul magasin du village (monopole!), vous construit une modeste demeure de 100 000 balles que vous devrez lui rembourser (à 0 % d’intérêt! Wow!) Vous n’avez pas d’argent, alors chaque jour, vous pouvez cueillir les fruits des arbres, ramasser les coquillages sur la plage, pêcher, et aller vendre le tout chez Tom Nook pour faire quelques sous, vous permettant de rembourser peu à peu votre dette, ou encore vous acheter des outils et des meubles pour votre maison.

Vous n’êtes pas seul dans ce village : il contient quelques-uns des 380 personnages uniques contenus dans le jeu. Chacun d’eux a une personnalité et des goûts distincts! En discutant avec eux, vous pourrez peu à peu gagner une place dans leur cœur en leur rendant service et en leur offrant des cadeaux.

On peut aussi aider le musée à compléter leur collection. On peut faire une donation des poissons rares que l’on a pêchés, des insectes uniques que l’on a attrapés et des fossiles que l’on a déterrés.

Les objets sont divisés en collections. Rassembler tous les objets d’une même thématique est une tâche monstrueuse, puisque chaque jour, seulement quelques objets aléatoires se retrouvent au magasin de Tom Nook. C’est le jeu idéal (voir cauchemar) pour les complétionistes ou collectionneurs dans l’âme, puisque TOUT est rare! Ça devient alors excitant de trouver un meuble aux objets perdus, de se faire donner la chaise qui nous manquait par un ami villageois, ou de croiser des marchands nomades qui ne viennent chez vous que quelques fois par année. De vraies années.

Un exercice de patience digne d’un mandala

Parce que l’élément qui rendait Animal Crossing unique à ses débuts, c’est qu’il se joue en temps réel. S’il est 15 h dans la vraie vie, ce sera aussi le cas dans votre village. Ça veut dire qu’en gros, vous ne pouvez pas terminer le jeu en une fin de semaine. Il vous faudra plusieurs mois (ou même année!) pour agrandir votre maison, le magasin de Tom Nook et compléter le musée. Ces objectifs sont à très long terme : c’est l’anticipation qui les rend si jouissifs. C’est un jeu de discipline, mais aussi de relaxation, puisqu’on se sent toujours fier d’accomplir des tâches, puisqu’ils contribuent à un objectif plus grand.

Pour un enfant, Animal Crossing leur fait vivre leur premier déménagement. Ça leur apprend à économiser, à socialiser, à patienter, à prendre des responsabilités.

Pour un adulte, Animal Crossing est un endroit sans stress, ou on peut s’abandonner pendant quelque temps, comme des vacances perpétuelles au chalet. S’installer au café le vendredi soir pour écouter K.K. Slider jouer une chanson à la guitare sèche, c’est un moment de paix rarement atteint dans les jeux vidéos.

Est-ce qu’il y a encore de la place pour Animal Crossing en 2020?

Le problème, c’est que la série a très peu évolué depuis ces débuts. Si vous ne le saviez pas déjà, c’était à l’origine un jeu de Nintendo 64 exclusif au Japon, ensuite transposé sur Gamecube à l’international avec quelques ajouts minime. On parle donc d’un jeu de 2001 qui n’a presque pas changé malgré ses nouveaux titres sur DS, Wii et 3DS. Les mêmes objectifs, concepts, personnages et objets. Chaque fois.

En 2020, New Horizon promet de changer les bases de la série, étant influencé par les jeux de survival avec du crafting. Mais est-ce trop tard? Depuis New Leaf, nous avons eut droit à:

  • Stardew Valley, un mélange entre Harvest Moon et Animal Crossing avec une profondeure infiniment plus grande que ces deux jeux
  • La montée du jeu mobile et Facebook. L’idée de revenir plus tard dans son jeu pour avoir accès à plus de contenu (Farmville, les clicker games)
  • L’arrivée des survivals, qui vous permettent de littéralement bâtir votre propre village comme vous le souhaitez, alors qu’Animal Crossing permet seulement d’acheter que quelques constructions préprogrammées.

La magie de l’époque, c’était l’absence de microtransaction. Si on voulait quelque chose, il fallait travailler pour l’avoir. Le jeu était bâti comme ceci. Aujourd’hui, on a toujours le risque que Nintendo inclut des achats intégrés, plantant toujours un doute dans notre esprit. «Est-ce que cet objet est réellement difficile à obtenir, ou si tout ceci n’est qu’une machination pour me faire dépenser?»

Point 100 % personnel : j’ai peur que les temps de chargements d’Animal Crossing New Horizon soient trop longs. Je sais, c’est ridicule, mais c’est le genre de jeu qu’on veut (ou doit) visiter chaque jour. C’est facile sur un clicker game sur mobile : on sort le téléphone de nos poches, on joue. Sur Switch, s’il y a un 3 minutes solide de chargement, de dialogue qu’on ne peut pas passer, ça peut facilement être un deal breaker pour quelqu’un qui aimerait compléter son tour hebdomadaire d’Animal Crossing en un trajet d’autobus de 20 minutes.

Selon mon expérience, Animal Crossing vous demande au minimum un investissement de 45 minutes par jour pour réellement avancer. Soit vous jouez uniquement à Animal Crossing et mettez votre console en veille jusqu’à la prochaine session, soit vous en faites une habitude d’y jouer avant de vous coucher.

Mais attention! Les heures d’ouverture du magasin de Tom Nook sont de 8 h à 22 h, en temps réel! En y jouant uniquement après 21 h, plusieurs activités ne seront pas disponibles. Pire, si vous ne visitez pas votre village pendant trop longtemps, certains de vos villageois préférés auront peut-être déménagé parce qu’ils considèrent que vous les avez abandonnés, votre maison sera bourrée de cafards et le village sera couvert de mauvaises herbes. Mon plus grand souhait pour New Horizon, c’est qu’il soit construit comme Super Mario Odyssey : jouable n’importe quand, en petite dose, sans punition.

Un nouveau jeu prometteur

Malgré tout, le Nintendo Direct édition spécial Animal Crossing était tout à fait charmant. Ce nouveau jeu semble être bourré de nouveau contenu, et surtout, d’objectif à compléter. Juste pour atteindre le point de départ des anciens jeux (une maison, un magasin et des villageois), on semble devoir passer plusieurs mois à travailler en mode camping, pour ensuite développer son village. Et puis une fois que l’on a tout fait ce qui était possible dans le jeu original, on passe en mode maire (comme dans New Leaf), ce qui double la durée de vie du jeu. Peut-être qu’après tout, le prix de 80 $ est justifié?

À suivre le 20 mars prochain, pour la sortie de Animal Crossing : New Horizon sur Switch!

Catégories
DossiersOpinion
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet