Disaster Report 4 est le pire choix de jeu dans le contexte actuel

En ces temps de crise, les jeux vidéo représentent une merveilleuse façon de s’évader, d’oublier un peu la morosité du présent. 

Pendant quelques minutes ou quelques heures, on peut s’échapper dans un monde où on est en contrôle, et où tout va bien aller (quitte à utiliser des cheat codes).

Mais il faut quand même choisir son jeu. 

Et malheureusement, Disaster Report 4, qui sort la semaine prochaine, est peut-être le pire jeu possible dans le contexte actuel. 

De désastre en désastre

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la franchise Disaster Report, il s’agit d’une série de jeux dans laquelle le joueur incarne un badaud qui doit faire de son mieux pour survivre à une situation de crise, qu’il s’agisse d’un tremblement de terre ou d’une inondation. 

Dans ce quatrième opus, vous vous rendez à une entrevue de travail quand soudainement un tremblement de terre frappe. Le bus dans lequel vous étiez se renverse, et quand vous reprenez connaissance, les bâtiments autour de vous s’écroulent et les gens errent dans les rues. 

On s’entend, c’est un timing terrible pour sortir un jeu-catastrophe. Alors qu’une immense proportion de la planète est enfermée à la maison à compter les morts d’une pandémie, on s’entend que la plupart de nous n’ont pas envie de nous plonger dans une autre tragédie représentée de façon réaliste, qui plus est. 

Mais ce n’est pas la première fois que Disaster Report 4 se frotte à la tragédie. La sortie initiale était prévue sur Playstation 3, mais le développement a été interrompu par le séisme de 2011 au Japon. On a jugé qu’il serait de mauvais goût de sortir le jeu dans ce contexte. 

La franchise a ensuite été rachetée par Granzella, la nouvelle entreprise du producteur Kazuma Kujo, qui a repris le développement… pour finalement sortir le jeu en pleine crise du COVID-19. 

 

J’ai une théorie; Disaster Report 4 cause des tragédies. 

 

D’autres désastres

Malheureusement, la date de sortie n’est pas le seul désastre de Disaster Report 4. 

On pourrait passer par-dessus le timing malheureux si le jeu en valait la peine. Après tout, des jeux comme Dead Space ou Dark Souls sont loin d’être joyeux, mais ça n’empêche personne d’avoir du fun. 

Maudit, il y a des gens qui jouent au jeu Pandémie en ce moment même! 

Mais Disaster Report 4 n’est pas à la hauteur. 

 

Réagir plus lentement que le gouvernement fédéral

La prise en main n’est pas agréable. Je comprends qu’on joue une personne normale, et non un surhomme comme dans la plupart des jeux. Mais ce n’est pas une raison pour que notre personnage se contrôle comme un frigo sur pattes. 

Le protagoniste marche avec une lenteur douloureuse. On peut le faire courir, mais il faut utiliser la petite gâchette droite (R sur la Switch), un drôle d’emplacement pour le bouton de course. Il faut aussi régulièrement vous mettre à quatre pattes, ce qui rend notre personnage ENCORE plus lent si c’était possible. 

Se déplacer devient une véritable corvée, ce qui est dommage quand on réalise qu’il s’agit de la majorité du jeu. 

On nous demande souvent de faire des choix dont l'utilité n'est pas évidente.

 

Un héritage PS3 toujours présent

Les développeurs de Disaster Report 4 jurent que le titre a été refait à partir de zéro, qu’on n’a pas simplement recyclé la version PS3 qui a été annulée en 2011. 

C’est probablement vrai, mais si on se fie à la version Switch, on pourrait croire que le contraire. 

Le taux de rafraîchissement est faiblard par moments, ce qui est encore pire quand on prend en compte que notre personnage se déplace à une vitesse de tortue. 

Mais rien ne pique plus les yeux que les textures. Les cheveux de notre personnage rappellent les jeux à petit budget sur PS3 (ou les cheveux des lutteurs de WWE 2k20, ayyyyyoooo). 

Je pourrais continuer longtemps; les choix proposés aux joueurs semblent complètement superflus, on se sent constamment perdu, la musique est anonyme au mieux… 

Mais je vais me contenter d’une chose: pour vous changer les idées en ce temps de crise, mieux vaut passer votre chemin. Le désastre n’est pas que dans le titre.

 

Note: un code Switch nous a été remis à des fins critiques par l'éditeur.

Catégories
Critiques
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet