La fin d’une aventure

Après plus de sept ans de présence sur la scène du jeu vidéo au Québec, notre magazine indépendant décide de faire son changement le plus marquant : cesser ses activités. En tant que dernière publication sur notre site web, notre rédacteur en chef Simon Forget nous livre ses mots de fermeture.

Quand j’ai accepté d’écrire pour Multijoueur, le magazine n’existait même pas encore. À vrai dire, l’existence de sites web franco-québécois consacrés exclusivement aux jeux vidéo n’était même pas encore une chose. Elle se limitait à quelques blogues et quelques sites qui ont eu une durée de vie éphémère. Nous étions une jeune équipe avec un projet ambitieux : parler efficacement de jeux vidéo sous un angle québécois. Analyser, critiquer, mais aussi valoriser et démocratiser le monde de la création du jeu vidéo. Le Québec était déjà spécialisé dans ce domaine, mais sa couverture médiatique était dominée par l’Europe et les États-Unis. Nous méritions un regard québécois. Mes ambitions étaient toutefois très modestes : je voulais écrire mes opinions et mes points de vue sur le design et le développement de jeux vidéo. À l'époque, les programmes académiques du jeu avaient déjà commencé, mais j’avais l’audace de vouloir partager mes idées sur ce milieu complexe avec seulement une formation d’enseignement en géographie et en histoire. N’empêche, la passion y était, et elle le demeure toujours.

Mon désir de voir la presse québécoise en jeux vidéo rayonner à travers la francophonie m’ont apporté lentement à assumer de plus en plus de responsabilités. Je me suis retrouvé à développer une panoplie de passion : les entrevues, l’animation de podcast, visiter et découvrir des studios ou la couverture d’événements.

Pendant que je jouais le couteau-suisse, j’aurais bien aimé me concentrer davantage à l’écriture pour notre magazine indépendant pendant que la scène québécoise fleurissait à une vitesse incroyable.  Depuis, nous avons pu observer une croissance d’événements “gamer” ou “geek” comme nous n'avons jamais vu. Le Comiccon de Montréal, auquel nous avons toujours été très proche, a une programmation de plus en plus gaming à chaque année. L’événement MEGA arrive à sa quatrième édition et s’associe au très important MIGS pour une deuxième année, faisant un des événements les plus importants de l’industrie du jeu au Canada. Nos amis de Loto-Québec multiplient leurs initiatives pour valoriser les studios indépendants, les producteurs de contenu et les streamers locaux, notamment avec son projet massif de la Zone des jeux indies Loto-Québec avec lequel nous avons collaboré étroitement. Du côté de la presse locale, nous admirons la hausse de projets médiatiques francophones en jeux vidéo. S’il y avait essentiellement rien à nos débuts, nous observons maintenant différents sites de jeux vidéo et l'implication de quelques géants des communications.

Plus personnellement, j’ai eu une chance incroyable de participer au projet de Multijoueur. Les opportunités d’entrevues et ma contribution aux événements gaming m’ont permis de rencontrer des gens incroyables. J’ai pu me faire des amitiés qui sont encore aujourd’hui une des choses que je chérie le plus. J’ai pu participer et donner mon avis sur différents projets dont j’espère ma contribution a pu être appréciée. Ces accomplissements me suivent et jamais ne pourrais-je être assez reconnaissant envers tous les studios qui m’ont ouvert leur porte pour une visite et tous mes invités pour nos 123 podcasts enregistrés. Évidemment, je dois souligner la rigueur et la motivation de tous nos rédacteurs, correcteurs, photographes, streamers et webdevs qui ont contribué à notre site depuis toutes ces années. Sans leurs efforts, le site n’aurait simplement pas pu exister.

 

Qu'est-ce qui se passe, maintenant?

La presse spécialisée en jeu vidéo demeure un chemin sinueux. Je n’aurai pas besoin de vous rappeler la crise générale que vivent tous les médias dans le monde, mais notre visée francophone et notre caractère ludique ont compliqué davantage notre mission. Heureusement, je peux affirmer que la fermeture de Multijoueur est une décision personnelle et non une défaite devant la triste nécessité de s’abandonner au clickbait, aux faits divers et au sensationnalisme que la presse doit parfois favoriser. Mais il faut se souvenir que nous avons tous un impact sur ces changements : lecteurs et auteurs, prenons davantage de temps à lire. Consultons du contenu francophone. Visitons des sites web québécois. Soutenons directement une presse crédible en contournant les raccourcis facebookiens pour s’informer. Mais surtout : lisons! Si nous voulons que ces sites existent, il faut augmenter (surtout améliorer) nos habitudes de consommation!

De mon côté, j’ai plusieurs autres projets en tête associés au jeu vidéo, et plusieurs de nos rédacteurs travaillent également sur d’autres projets! Multijoueur demeura ainsi en ligne pour archiver nos publications, vous pourrez visitez les pages de nos auteurs pour en savoir plus sur leurs autres projets et nos réseaux sociaux resteront toujours actifs durant l'année 2020.

Merci encore mille fois à tous ceux qui m’ont motivé à faire rouler Multijoueur pendant tant d’années : lecteurs, auditeurs, développeurs de l’industrie. Continuez à alimenter la passion et l’art le plus puissante d’aujourd’hui.

Simon Forget

Catégories
Annonces
Enseignant d'histoire et de géographie passionné des jeux vidéo depuis sa petite enfance. Il a évolué dans les univers SNES, PSX, PC, Xbox, PS3, PS4. Grand admirateur de jeu de stratégies, d’aventure, de RPG, et de plate-forme. Ses goûts pour les sciences sociales et la psychologie l’amènent souvent à aborder les jeux vidéo d'un angle différent.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet